Pollution et sobriété numérique

Du 16 au 24 novembre se déroulera la Semaine Européenne de la Réduction des déchets. Nous sommes de plus en plus sensibilisés à la question de la protection de l’environnement, néanmoins une notion dont on a peu conscience reste singulière : celle de la pollution numérique. En effet, les déchets ne sont pas seulement matériels, le numérique aussi constitue une grande source de pollution. Cependant, il est plus que jamais présent dans notre société et son impact environnemental ne fait que se multiplier au fil des années.

Qu’est-ce que la pollution numérique ?

La pollution numérique correspond à la pollution générée par les nouvelles technologies soit par leur fabrication soit par leur utilisation, c’est une pollution invisible. Il est donc difficile de concevoir son empreinte environnementale.

À la base de la chaîne on retrouve les outils numériques tels que les ordinateurs, les smartphones, les tablettes, qui en plus d’être extrêmement énergivores nécessitent à la fabrication des matériaux rares (cobalt, gallium, lanthane, tantale …). Les processus d’extraction de ces matières non renouvelables sont très polluants et responsables de l’épuisement des ressources abiotiques (minerais, énergies fossiles…) et d’écosystèmes. Viennent ensuite les services associés à ces outils rendus possibles notamment grâce aux serveurs, aux réseaux d’accès au web qui sont eux aussi très gourmands en énergie. En réalité, ces derniers nécessitent des systèmes de refroidissement et d’alimentation électrique actifs 7 jours sur 7, 24H sur 24. Par ailleurs, le cloud[1] entraine une multitude d’échanges réseaux donc une multiplication des équipements. Stocker des données en abondance dans ce « nuage » est donc loin d’être un choix écoresponsable. De plus, l’empreinte carbone des nouvelles technologies ne cesse de croître en raison de la multiplication considérable du nombre d’objets connectés, et des nombreuses innovations, parfois minimes qui gagnent les marchés.

Données clés

Selon une étude de GreenPeace réalisée le 10 janvier 2019, si Internet était un pays, il serait l’un des cinq plus grands pollueurs puisqu’il représente à lui tout seul 7% de la consommation électrique mondiale.

L’étude « Empreinte environnementale du numérique mondiale » de Frédéric Bordage nous apprend que d’ici 2025 le numérique représentera près de 6% de l’empreinte de l’humanité (contre 2,5% en 2010). En effet, selon les estimations du fondateur de GreenIT, on pourrait compter 48 milliards d’objets connectés en 2025. Ci-dessous, on peut observer les trois émetteurs de gaz à effet de serre liés au numérique

À savoir que le simple fait d’envoyer un e-mail émet environ 10g de CO2 dans l’atmosphère et que quelques milliards sont envoyés et reçus en une heure dans le monde. En outre, toujours d’après ce même rapport de GreenIT, l’empreinte annuelle moyenne d’un internaute équivaut à 350kWh d’énergie, 200kg de gaz à effet de serre et 3000 litres d’eau. Ces chiffres alarmants nous mènent à repenser notre utilisation des outils numériques et à prendre des mesures.

Quelques solutions

Bien qu’une industrie numérique entièrement écoresponsable soit peu probable, il existe des solutions pour réduire son impact environnemental. C’est ce qu’englobe le concept de « sobriété numérique ».

Voici quelques suggestions que chacun peut appliquer dans son quotidien : modérer sa consommation streaming qui très gourmand en énergie, réduire le nombres d’écrans plats, limiter l’ouverture d’onglets, l’envoi de mails et supprimer régulièrement ces derniers… Il est aussi recommandé d’optimiser ses impressions avec une typographie peu gourmande en encre comme Garamond, d’activer le mode « éco » de son imprimante, de privilégier le chemin le plus court lors d’une recherche internet. De plus, on préfèrera l’achat de produits d’occasion ou reconditionnés en boycottant les offres d’équipements numériques à prix cassés. Selon l’ADEME, passer la durée de vie de 2 à 4 ans d’un ordinateur ou d’une tablette améliore de 50% son bilan environnemental.

Du côté des grands groupes, certains ont mis en place des moyens comme la collecte des Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (DEEE) à recycler, par exemple Ecologic, un service de gestion des DEEE financé par l’Etat. Par ailleurs, d’autres réutilisent la chaleur produite par les data centers, comme à Paris où une piscine est chauffée par un centre de données.

Des outils pour comprendre et réduire l’impact environnemental numérique

Des dispositifs sont à disposition de tous pour nous aider à être plus écoresponsables, comme Clickclean, mis en place par Greenpeace. Ce site indique la consommation d’énergie de plusieurs applications et les note de A à F selon leur utilisation d’énergies polluantes ou renouvelables. On y retrouve des géants du web tels que Facebook, Twitter, Spotify…

Source : Clickclean.org

De son côté, Cleanfox est un outil qui permet de se désabonner en un clic des newsletters qu’on ne lit pas en le connectant à sa boîte mail. Il se chargera d’identifier les messages concernés et de les supprimer.

Source : Cleanfox.io

EcoIndex est un site qui évalue à l’aide de plusieurs critères la performance, l’empreinte environnementale d’une page web. Il suffit de rentrer l’url de la page concernée dans l’espace dédié et l’analyse s’effectue en quelques secondes.

Source : GreenIT.fr

Certains moteurs de recherche s’inscrivent également dans une démarche écologique. Par exemple Lilo qui reverse une partie de ses revenus publicitaires à des projets écologiques, durables ou Ecosia qui fait don d’une part de ses bénéfices à des programmes de reforestation. D’autre part, on distingue les extensions de navigateur. Parmi eux, Carbonalyser, une extension de navigateur Firefox créé par The Shift Project. Il permet de calculer en temps réel sa consommation électrique et son émission de gaz à effet de serre selon notre propre navigation internet. Ce programme est aussi disponible sur smartphone sous le nom de « Mobile Carbonalyser ». On trouve aussi GreenIT-Analysis, disponible sur le Chrome web store. Cet outil permet aux développeurs d’évaluer l’empreinte, la performance environnementale et les bonnes pratiques d’une page web. Enfin, la société FairPhone a développé un smartphone durable issu du commerce équitable et fabriqué avec des matériaux responsables. Cet appareil Android se présence comme une alternative aux grandes marques de smartphones.

En attendant un Internet plus écologique, vous avez toutes les clés en main pour réduire votre impact carbone lié au numérique et ainsi faire un geste pour l’environnement ! Alors si même l’empreinte écologique de cet article est loin d’être neutre, il est temps de prendre conscience de la pollution digitale et d’agir.


[1] Espace de stockage de données à distance