Anaïs Cleuvenot

Ancienne étudiante de la promotion 2016-2017, Anaïs Cleuvenot est désormais chargée de communication.
Promotion 2016-2017
Chargée de communication à la mairie de Xertigny

C’est en 2017, qu’Anaïs Cleuvenot obtient son diplôme en Licence Communication Publique et Outils Numériques. Elle poursuit ses études en master Communication et Édition Numérique à la FSESJ de l’Université de Haute Alsace. Après un M2 en alternance au Parc Expo de Mulhouse, elle obtient son diplôme. 

Sitôt diplômée, elle est recrutée par la mairie de Xertigny située les Vosges, en tant que chargée de communication. Elle est en charge de la Gazette, un journal municipal bimensuel, ainsi que du site internet et de la page Facebook. Elle a également pour mission la conception graphique de nombreux supports de communication pour diverses associations xertinoises. 

Originaire d’un DUT Communication des Organisations, la Licence Professionnelle Communication Publique et Outils Numériques lui a permis de découvrir de nombreux aspects du secteur public et d’en comprendre le fonctionnement. De plus, cette formation lui a permis d’approfondir ses notions en outils numériques. 

Nous remercions Anaïs de nous avoir livré son témoignage !

Propos recueillis par Margo Herbin

Marion KWIATKOWSKI

Photo de Marion Kwiatkowski de la promotion 2016-2017, aujourd'hui chargée de mission communication
Promotion 2016-2017
Chargé de mission communication

Marion Kwiatkowski est une ancienne étudiante de la LPCPON de la promotion 2016-2017. Elle nous a fait part de sa nouvelle vie professionnelle.

À l’issue de la licence, Marion est rapidement entrée dans le monde professionnel. En effet, elle a d’abord été embauchée en CDD par son maître de stage puis a trouvé son emploi actuel.

Marion est aujourd’hui chargée de mission communication  à la communauté de communes de Saint Amarin. Employée en tant que contractuelle, diverses tâches lui sont confiées. Elle met oeuvre des actions de communication en France, en Allemagne et en Suisse pour promouvoir le territoire et ses activités touristiques. Marion maintient également à jour la base de données régionale touristique. Elle créé des supports de communication et de mettre en place des objets promotionnels. Son poste nécessite de la polyvalence. En effet, elle anime en plus de ses principales missions les réseaux sociaux afin de valoriser la destination et la marque Hautes Vosges d’Alsace.

Grâce à la LPCPON, Marion a développé de très bonnes connaissances des rouages administratifs du service public et de la contrainte politique. Elle considère cela comme des atouts dans la constitution de marchés publics. La licence lui a également permis de connaître certains usages graphiques en PAO, en ergonomie et en numérique. Les enseignements de gestion de projet et ceux en travail en équipe lui sont aujourd’hui très utiles dans son quotidien professionnel. Ce sont à ce jour pour elle, des compétences majeures.

Nous remercions Marion pour nous avoir parlé de son expérience.

Propos recueillis par Marlène Demauljean

Lydia MANGIN

Ancienne étudiante de la promotion 2016-2017, Lydia MANGIN nous livre son témoignage sur son parcours après la licence CPON.

Lydia MANGIN, ancienne étudiante de la LP CPON, promotion 2016-2017
Promotion 2016-2017
Micro entrepreneuse en communication digitale

Après l’obtention de sa licence et après avoir enchaîné quelques CDD, Lydia a décidé de reprendre ses études. Elle aspirait à devenir Chef de projet en communication digitale. Après quelques mois, elle s’est rendue compte que cette formation ne répondait pas à ses attentes. Elle a donc pris la décision d’arrêter.

En 2019, elle s’est lancée dans un nouveau projet : celui de l’entreprenariat en communication digitale. Étant désormais micro entrepreneuse, elle réalise des travaux dans le domaine du graphisme, de l’audiovisuel et plus particulièrement dans le développement de sites web. Elle développe notamment le site Pachir’art, projet de galerie d’art en ligne porté par l’une de ses camarades de promotion, Angélica Talata Benivo. Elle accompagne également ses clients dans leur communication : réseaux sociaux, référencement web…  

Pour Lydia, la licence CPON lui a permis de gagner en expérience notamment grâce au stage ayant abouti à un CDD de plusieurs mois. Les cas concrets présentés par les intervenants professionnels lui ont été d’une aide précieuse : ceux-ci lui ont permis de mieux appréhender certaines situations et d’acquérir plus d’aisance. Pour finir, elle déclare que :

La découverte du fonctionnement du secteur public m’aide à comprendre les besoins des clients.

Lydia Mangin

Nous remercions Lydia pour son témoignage et lui souhaitons bonne continuation !

Propos recueillis par Noémie Cordier

Micke ARANA MATOS

Promotions 2015-2016
Agent territorial service Population-élections et Mairies de Quartier

Micke a intégré le service « Population-Élections » et « Mairies de Quartier » de la Ville de Nancy en juin 2017, en tant qu’agent territorial contractuel. En juin 2018, devenu agent titulaire, il a été rattaché à la Mairie de quartier du Haut-du-Lièvre qui est une annexe à la Mairie de Nancy. Depuis juin dernier, il est devenu le référent de cette mairie de quartier et il dirige une équipe de quatre agents territoriaux.

Il fait parti d’un service qui travaille quotidiennement en collaboration avec le service communication de la mairie de Nancy au sein duquel il avait effectué son stage pour la validation de la licence CPON. Parmi ses missions principales, il met en oeuvre des consignes et projets du service, notamment informer les usagers de la ville des différentes démarches et procédures administratives et électorales au moyen des supports à sa disposition tels des affiches, le site internet ou les réseaux sociaux.

Selon Micke, la licence professionnelle lui a permis d’acquérir une multitude de compétences qui lui sont bénéfiques dans l’exercice de son travail aujourd’hui : la formation sur l’environnement des services publics, les relations presse, la gestion de projet, les relations publiques, les réseaux sociaux, les outils numériques, mais aussi la gestion du panneau d’affichage.

L’ancien étudiant qui a répondu à nos questions ne tarie pas d’éloges sur la formation LCPON et semble garder un souvenir joyeux de l’équipe pédagogie CPON !

Lisa HOUADEF

Promotions 2014-2015
Référente communication d’un réseau de médiathèques

Lisa a poursuivi ses études en Master « documentation, veille et bibliothèques » après la licence car elle souhaitait renouer avec son intérêt pour les métiers du livre et de la culture.

Elle travaille depuis deux ans à Choisy-le Roy dans un réseau de médiathèques dynamique et tourné vers le monde numérique en collaboration avec le service communication de la ville. Ses missions sont nombreuses, la direction de sa structure l’encourageant à être polyvalente : elle gère le site internet du réseau, ses événements et alimente sa page Facebook. Elle est également chargée d’organiser les événements de la médiathèque. En parallèle de ses fonctions, Lisa poursuit des projets bibliothéconomiques, ainsi que des projets autours de la médiation du livre.

Lisa déclare que sa formation en licence CPON lui a permis d’acquérir des compétences dans l’utilisation des outils numériques tels que les sites web ou les réseaux sociaux. Au-delà de l’apprentissage technique, elle nous confie que cette formation qu’elle qualifie de « dense », lui a permis de développer son goût pour le travail d’équipe grâce aux projets tuteurés, et une vision des spécificités du travail au sein d’une collectivité territoriale.

Ainsi, récemment promue « référente communication », Lisa a un nouvel objectif : obtenir le concours de la fonction publique correspondant au poste qu’elle occupe.

Angélica TALATA BENIVO


Promotion 2016-2017
Créatrice de Galerie d’art en ligne

Après la licence, Angélica a effectué un service civique dans un club de basket dont la mission était de développer le sport féminin. Elle s’est ensuite consacrée à la commercialisation des œuvres d’artiste plasticien avant de créer une galerie d’art en ligne avec la collaboration d’une amie de sa promotion de licence : www.pachir-art.com.

Aujourd’hui, notre ancienne étudiante conforte le rayonnement de son site en France qui a pour objectifs de rendre l’art accessible à tous, et promouvoir des artistes émergents ou inconnus.

Elle espère conquérir la scène internationale un jour et affirme avoir acquis ses compétences de webmaster grâces aux formations sur les outils numériques délivrés par la licence.

« Créer ne suffit pas, il faut transmettre » écrivait Claudie Gallay, alors nous souhaitons longue vie à Pachir-Art !

Projet tuteuré long 2019/2020

Par lpcpon

Thème : vulgarisation scientifique pour le LRGP

Source image : kjpargeter – freepik

Dans le cadre de notre licence CP&ON, nous devons réaliser un « projet tutoré long ». Chaque année, de septembre à mars, un sujet nous est confié, et, par petits groupes, nous devons répondre à la demande d’un commanditaire.

Le projet

Le laboratoire du LRGP (Laboratoire Réactions et Génie des Procédés) de Nancy nous a demandé de communiquer sur leur activité afin de pouvoir toucher le grand public.

Il nous est demandé de concevoir différents supports de communication :

  • une courte vidéo sur chacun des 5 axes du laboratoire ;
  • une affiche sur chacun des 5 axes du laboratoire ;
  • une plaquette regroupant l’ensemble des 5 axes.

Le LRGP

Le LRGP (Laboratoire Réactions et Génie des Procédés) est une unité du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) et de l’Université de Lorraine créé le 01 janvier 2010 à Nancy. Il résulte de la fusion de quatre unités de recherche et compte plus de 300 personnes dont 20 chercheurs CNRS, 80 enseignants-chercheurs, 45 personnels techniques et administratifs ainsi que 180 personnels non-permanents (doctorants, masters, post-doctorant…). Le laboratoire est représenté auprès de la licence par Madame Laetitia Canabady, chercheuse au CNRS. 

Le LRGP regroupe 5 axes de recherche : 

  • Environnemental (PErSeVAL) : procédés pour l’environnement, la sécurité et la valorisation des ressources ;
  • L’intensification des procédés (Primo) : Procédés, réacteurs, intensification, membranes et optimisation ; 
  • Biomolécules (BioProMO) : Bioprocédés, biomolécules ; 
  • Énergétique (CiTherE) : Cinétique, thermodynamique, énergie ; 
  • Génie des produits : Génie des procédés pour les produits et les matériaux.

Les outils utilisés

L’IUT Nancy Charlemagne nous donne accès à de nombreuses ressources afin de réaliser notre projet. L’IUT dispose en effet d’un Pôle Ressources Images, Son et Multimédia (PRISM) ouvert aux étudiants avec du matériel de haute qualité (appareils photo, caméras) mais aussi un studio vidéo (avec fond vert). L’IUT nous met également à disposition tous les logiciels indispensables pour la création graphique (la suite Adobe) .

Nous vous donnons rendez-vous en Février-Mars pour vous présenter nos propositions et créations !

Pour plus d’infos sur le LRGP, dirigez-vous vers leur site internet.

Table ronde : Les nouveaux outils et stratégies de médiation scientifique et valorisation de la recherche

Par lpcpon
Etienne Haouy explique aux étudiants de la licence professionnelle l'importante de la médiation et de la vulgarisation scientifique.

La première table ronde de l’année 2019-2020 a eu lieu le jeudi 14 novembre 2019.

Celle-ci portait sur le thème « Les nouveaux outils et stratégies de médiation scientifique et valorisation de la recherche ». Ce sujet est en lien avec leur projet tuteuré commandité par le LRGP (Laboratoire des réactions et génies des procédés).

La réduction des déchets

 

Plus de 325 Millions de tonnes de déchets sont produits chaque année en France. Ce chiffre astronomique nous fait nous rendre compte d’un fait très simple : les français produisent beaucoup trop de déchets. À l’occasion de la fin de la SERD (= Semaine européenne de la réduction des déchets) les étudiants de la LP CPON s’engagent à sensibiliser le public à cette action citoyenne simple, mais qui pourrait avoir un véritable impact positif sur l’environnement.

La semaine européenne de la réduction des déchets est une initiative relativement récente car la première édition de cette semaine a eu lieu en 2009.  Elle s’inspire de la semaine Canadienne de réduction des déchets qui elle, a été mise en place dans les années 80. Cette semaine a pour but de sensibiliser les Européens à la question de la gestion des ordures ainsi que d’encourager les citoyens à agir concrètement pour réduire leurs productions de détritus. Au total, lors de cette semaine, ce n’est pas moins de 12 000 actions qui sont mise en place dans les 28 pays qui composent l’Union européenne.
Vous pouvez d’ailleurs retrouver toutes les informations concernant la SERD sur leur site officiel

« Réduire ses déchets, c’est bon pour l’environnement, la santé et l’économie. Il faut toujours avoir en tête que le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas »  – ADEME*

La production de déchets est en constante évolution chaque année en France. Les causes de cette évolution sont simples : l’évolution de notre mode de vie ainsi que l’évolution de notre mode de consommation. Un français produit en moyenne pas moins de 390 Kg de déchets par an, cela veut dire qu’en moyenne on produit plus d’un kilo de déchets par jour. Ce chiffre peut drastiquement diminuer si on adopte un comportement « Écocitoyen » par des actions simples effectuées quotidiennement. Il est alors vraiment possible de réduire sa production de déchets. Pour vous aider voici quelques conseils qui pourraient vous aider à démarrer.

Pour réduire votre production d’ordures ménagères, penser à faire du compost avec les restes de vos déchets alimentaires et vos déchets végétaux, la production de compost permettrait de réduire ses déchets de 40 kg par personne et par an.

Préférez les grands formats afin de réduire les emballages (prendre un pot de 1Kg plutôt que 8 de 125g), soyez malin lors de l’achat de vos produits, préférez un produit avec moins d’emballage (par exemple : prendre un simple tube de dentifrice plutôt que celui qui est dans un étui en carton). Pour réduire les emballages pensez également à utiliser des eco-recharges pour votre gel douche/shampoing et votre lessive.

De plus, de nombreux magasins proposent d’acheter des produits « en vrac », c’est-à-dire sans emballage comme du thé, du café, ou des céréales. Toutes ses actions contre le suremballage permettraient de réduire de 26 kilos les déchets de chacun chaque année.

Bannissez également les piles jetables, les sacs plastique ainsi que tous les produits à usages uniques (cotons-tiges, pailles, couverts-jetables). Enfin avant de jeter vos vieux vêtements, objets ou livres, ayez le réflexe de leur donner une nouvelle vie et de les redistribuer à ceux qui en ont besoin.

*’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie

Une prise de conscience collective est nécessaire pour réduire durablement notre production de déchets, les quelques conseils que nous vous avons dispensés ne sont pas les seules actions que vous pouvez effectuer. Il y a une infinité de possibilités pour agir contre la prolifération des déchets. Si chacun fait un effort pour diminuer sa production, les effets positifs sur notre environnement se feront rapidement sentir. Il faut que la pensée collective rejoigne celle du développement durable afin de répondre au mieux aux besoins des générations futures.

Pour aller plus loin dans votre démarche :

Associations qui militent pour la réduction des déchets :

Plus d’astuces :