Bérangère Stassin et son étude de la présence sur les réseaux sociaux des villes de Bar-le-Duc, Épinal, Nancy et Metz.

Par lpcpon

 

Conférence de Bérangère STASSIN

 

Mercredi 1er Février, Bérangère STASSIN, maître de conférence à l’Université de Lorraine et chercheuse en sciences de l’Information et de la Communication, nous a fait part d’un de ses travaux de recherche : la e-réputation et plus particulièrement la e-réputation des villes et des territoires de Lorraine. Une étude alors mise en place il y a quelques mois et dont les résultats ressortent progressivement.

Le métier de Community Manager et son origine

Dans un premier temps, l’intervenante a décidé de nous définir le métier de Community Manager. Ce terme désigne la personne en charge de la réputation d’une collectivité, d’une EPCI, d’un musée, par exemple, sur les Médias Sociaux, tels que Facebook ou encore Twitter. Ce métier, très récent, apparaît en France à partir de 2008.

C’est une profession dont les activités sont exercées par d’autres professionnels de la communication jusqu’à ce jour. En 1999, le monde de l’informatique et du Web voit apparaître les premières plateformes de blogs (skyblog), qui sont suivis de Facebook, Twitter, Youtube. Ces médias ont l’avantage d’être ouverts à tous, car les utilisateurs n’ont pas besoin de posséder de réelles compétences informatiques pour ouvrir un compte et de l’alimenter d’actualités.

Nous constatons durant les années 2000 l’apparition de nouveaux bloggeurs dans divers domaines : journalisme, politique, critique, actualités, biens culturels et de consommation (beauté, high-tech). De ce fait, nous constatons que les bloggeurs et leur connaissance médiatique deviennent le nouveau leader d’opinion. Leur parole relativement publique a un écho pour les marques.

Il créé une interactivité entre l’internaute et le blog et développe les relations 2.0. Un internaute lambda pourra ainsi donner son avis directement sur le réseau social ou blog de la marque. Le web 2.0, les réseaux sociaux ont alors un impact en termes de réputation et d’avenir pour les marques et territoires. Ils deviennent un moyen d’analyse des avis des consommateurs et créé une communauté autour d’un produit.

Le métier de Community Manager pour une ville ou une région

Les recherches de madame STASSIN ont permis de déterminer les besoins d’une ville ou d’un territoire en matière de web marketing et de réputation sur Internet. Avec des étudiants, elle a exploré les offres d’emplois des collectivités, et analysé ce qu’attend une ville d’un Community Manager.

Les besoins sont divers et variés : Définir et proposer une stratégie digitale, élaborer un réseau de correspondants internes, mettre à jour les contenus et l’actualité de la ville sur ses réseaux sociaux, valoriser la ville, relayer les informations pouvant impacter les habitants.

Le métier possède différents champs. Il s’agit de gérer et de construire l’identité numérique et l’animation du territoire. Il se doit aussi d’effectuer une communication publique et territoriale destinée à tous, tel que rendre compte des politiques publics au territoire, éclairer les habitants du territoire sur les projets et chantiers en cours mais aussi sur les services offerts par les pouvoirs et institutions publiques.

Les médias sociaux et surtout Facebook sont un nouveau canal de communication, un nouvel outil de marketing du territoire. Un marketing qui a pour but de donner une image favorable au territoire, de prôner le bien-être, d’attirer investisseurs, touristes et habitants.

Les cibles à atteindre par le biais de ce canal sont notamment jeunes et celles qui ne sont plus réellement attentives au magazine municipal.

L’identité numérique du territoire et gérée par le Community Manager et désigne l’ensemble des traces volontaires ou involontaires mises en ligne : les traces déclaratives (ce que je dis de moi sur Internet), les traces calculées (l’ensemble des données chiffrées disponibles sur les comptes, nombre j’aime ou encore d’abonnés), les traces agissantes (ce que je fais en ligne, ce que je tweete, ce que je « like »). De ce fait, la réputation désigne l’ensemble des opinions qu’ont les internautes et les habitants, touristes d’une ville quant à leur lieu de vie ou les consommateurs quant à une marque.

Que font Bar-le-Duc, Épinal, Nancy, Metz sur Facebook ?

L’intervenante a focalisé ses recherches sur les pages Facebook de Bar-le-Duc, Épinal, Nancy et Metz. Elle a notamment relevé et analysé les posts effectués par ces villes sur leur réseau social.

Chaque ville possède son site institutionnel, qui renvoie (par le biais de boutons de partage) vers ses différents médias sociaux propres.

Les thèmes évoqués par les institutions publiques sur ses réseaux sont d’ordre : événementiel et culturel, il s’agit de relayer les événements animant la ville et d’attirer toujours plus de monde ; informations pratiques, communication publique, informer les habitants sur des aspects pratiques qui pourraient les intéresser ; santé et social, don du sang, journées des personnes âgées ; attrait du conseil municipal, les rencontres entre les habitants de quartiers et les élus.

En s’inscrivant sur ces réseaux, les villes s’adressent aux habitants et touristes mais aussi aux anciens habitants, qui suivent l’actualité de leur ancienne ville sur Facebook et continuent à avoir un regard sur leur ville et une certaine nostalgie de leurs souvenirs. Il est très important de maintenir de lien avec ces anciens habitants, car ils jouent un rôle de relais d’opinion de la ville.

Ces cibles peuvent interagir avec leur ville. Comment ? par « like », partage (ils relayent l’information à leur propre réseau et sur leur propre page) ou bien par commentaires, pour une demande de précision.

La présence des villes sur un réseau social n’a pas la vocation à créer la polémique. C’est un document sur la ville, un document numérique enrichi par les abonnés qui vont commenter, partager. Il représente une mémoire et les archives de la ville.

Cette conférence fut très enrichissante. Nous tenons à remercier Bérangère Stassin et nous espérons la retrouver pour d’autres interventions et d’autres travaux de recherches !

Blandine PETIT-MANGIN.

La PAO…. mais qu’est-ce que c’est ?

Vous avez déjà entendu parler de PAO sans vraiment savoir ce que c’était ? Vous aimeriez créer vos propres documents mais vous ne connaissez pas les logiciels adéquats ? Nous allons vous expliquer ce qu’est la PAO le plus simplement possible.

Pour commencer, PAO signifie Publication Assistée par Ordinateur. La PAO a pour but de réaliser des supports de communication (brochures, dépliants, affiches, cartes de visite, livres et bien d’autres encore) à l’aide de logiciels bien spécifiques qui seront ensuite voués à être imprimé. Les plus connus d’entre eux sont Adobe Indesign et Adobe Illustrator car ce sont les plus complets en terme de traitement de texte et de création de documents. Adobe Indesign est particulièrement plus consacré à la mise en page de votre document tandis qu’Adobe Illustrator est un logiciel de création graphique vectorielle qui permet de créer des logos et autres réalisations laissant libre court à votre imagination.

Conférence sur la Communication Politique et Lobbying par L. Sola

Par lpcpon

La seconde conférence organisée par la LP CPON  s’est tenue le vendredi 13 janvier 2017 sur le thème de la communication politique et lobbying animée par Laki Sola.

Conférence sur la communication politique et lobbying par L. Sola

De nombreuses personnes dont des étudiants de l’iut, des professeurs mais également des personnes externes à l’iut sont venu  assister à cette conférence. C’est à travers une interaction avec l’ensemble des participants que Laki Sola s’est présenté et a annoncé les différents points qu’il abordera lors de cette conférence.

L’intervenant Laki Sola est le chargé de mission du président du Sénat, Gérard Larcher. Il est diplômé d’un master en droit public et science politique et d’un exécutive Master en Affaires publiques.  Au sein de cette structure, il assure la globalité de la communication dont la communication digitale ainsi que les relations presse.

Dans un premier temps, l’intervenant a défini ce qu’est le lobby. Le mot « lobby » est un concept né au 19ème  siècle dans la chambre des communes britannique et signifie« couloir antichambre ». Le lobby est un groupe de pression ou d’influence créé dans le but de promouvoir et défendre les intérêts privés d’un groupe donné. Celui-ci  exerce des influences sur des personnes ou institutions publiques détenant le pouvoir.

Un lobby peut prendre la forme d’organisme comme un groupe industriel, une association environnementale, un syndicat (lobby institutionnel). Chaque lobby se caractérise par sa cible qui est décideur public. Il est possible pour tout le monde de participer à un lobby afin de défendre une cause qu’il juge légitime. Le lobby est un contre-pouvoir qui s’organise pour influencer la population face à une autorité.

Après avoir défini ce qu’est le lobby, Laki Sola a révélé une des stratégies utilisée par les experts en lobbying, le « Grass Roots ». Cette stratégie est l’observation d’une situation qui manipule l’opinion publique pour soulever une question importante. Grâce à des outils d’analyse de l’environnement, cette stratégie permet  d’établir des dispositifs  pour répondre à une menace.

Dans un second temps, Laki Sola nous à décrit quelles étaient les qualités primordiales d’un lobbyiste, telles que la connaissance de son écosystème ou encore se mettre à la place de son client pour mieux cerner l’importance de le défendre. Il nous a aussi expliqué par le biais d’un cas pratique la différence entre une campagne de communication et un lobbying. Pour finir, il a partagé avec nous ses expériences en les illustrant d’exemples réels auxquels il a dû faire face et nous a décrit en quoi consiste la communication politique.

Durant cette présentation, nous apprenons que le président du Sénat est entouré d’une équipe de 17 collaborateurs qui l’assiste, lui prépare des rendez-vous avec des politiques et l’aide pour mener à bien ses fonctions. Il doit avoir une communication institutionnelle quand il  s’exprime en tant que personnage public de l’Etat.

Ce fût une conférence enrichissante pour l’ensemble des participants qui apprirent ce qu’est la communication politique et le lobbying. Ce fût également l’occasion pour monsieur Laki Sola d’échanger avec un public sur sa profession et de transmettre sa passion pour la politique et la communication d’influence.

Marvin GOUBIN

Témoignage de Mégane Dieudonné

Mégane Dieudonné, 20 ans

D’où viens-tu et quel est ton dernier diplôme ? 
Je viens de Nancy. J’ai fait un DUT Information-Communication, option Communication des organisations à l’IUT Nancy-Charlemagne.

Pourquoi as-tu choisi cette licence ? 
La Licence pro était la suite logique de mon DUT. Je souhaitai agrandir mon éventail de compétences en maitrisant un peu plus les outils numériques et en découvrant la communication publique J’ai fait un stage de 10 semaines, au sein de la Ligue Lorraine de Football au service communication. Cette expérience m’a conforté dans mon choix d’exercer dans la communication.

Quel métier vises-tu après l’obtention de ton diplôme ?
J’aimerais être chargée de communication dans le milieu sportif.

A ce stade de l’année quel est ton ressenti sur les cours ?
Certains cours sont nouveaux pour moi, d’autres sont des approfondissements de ce que j’ai déjà pu faire avant. J’attend avec impatience le début des cours « Applis mobile » enseignés par Monsieur Samuel CRUZ-LARA. Ils vont nous permettre de créer une application mobile et gérer son fonctionnement, un atout dans le CV des étudiants.

Infographiste

Par lpcpon
Infographiste
Le métier d’infographiste a vu le jour suite au développement croissant des outils informatiques et de la communication web. Le terme « infographiste » regroupe plusieurs métiers, comme par exemple graphiste multimédia ou encore infographiste 2D et 3D.
L’infographiste collecte les informations qui vont être nécessaires à la création d’une demande précise et réalise des travaux « préparatoires » (prémaquettes, croquis).

Règlement jeu-concours

Règlement jeu-concours
  1. Présentation du jeu-concours

Les étudiants de la Licence professionnelle Communication Publique et Outils Numériques de l’IUT Charlemagne de Nancy organisent un jeu-concours gratuit du 20 janvier 2017 au 2 février 2017 intitulé :

« Invente ton asso, crée son logo ! »

L’objet de ce concours est de créer le logo d’une association dont vous serez le Président.

Ce logo doit être à l’image de votre association et de ses valeurs.

Un seul visuel par participant sera accepté. Vous pouvez le dessiner ou le réaliser en version numérique si vous disposez des logiciels adéquats.

Faîtes preuve de créativité ! Aucune contrainte ne vous est imposée sur l’aspect esthétique.

  1. Modalités de participation

Notre jeu-concours est ouvert à toute personne physique, les participations seront acceptées du 20 janvier au 2 février 2017 à 10h.

Pour participer il faut :

  • envoyer votre visuel en format PDF en pièce jointe (que ce soit un dessin ou une création numérique) à l’adresse mail suivante : jeu.concours.lpcpon@gmail.com
  • accompagner votre mail avec une brève description concernant le concept de votre association, quel est son objectif principal, ses valeurs. En 5 lignes maximum 
  • Préciser votre nom, prénom, votre adresse-mail pour vous confirmer que votre participation a bien été réceptionnée et vous avertir si vous êtes l’heureux gagnant !
  1. A gagner

Le gagnant de ce jeu-concours recevra une carte cadeau Fnac d’une valeur de 50€.

Le lot n’est ni échangeable, ni remboursable, ni transformable en espèce.

Le 2 février 2017, 3 créations seront présélectionnées et le vote final sera effectué par les visiteurs des journées portes ouvertes de l’IUT Charlemagne : 2Ter Boulevard Charlemagne, 54000 Nancy entre 9h et 17h.

Les 3 créations présélectionnées seront choisies par un jury composé de 6 étudiants de la Licence Professionnelle Communication Publique et Outils Numériques.

La pertinence entre la description de votre association et son logo sera prise en compte.

Format téléchargeable en PDF Règlement du jeu concours

L’intervention du Cnfpt

L’intervention du Cnfpt

Le Centre National de la Fonction Publique Territoriale – Institut National Spécialisé d’Etudes Territoriales de Nancy, plus connu sous l’acronyme CNFPT-INSET Nancy, a fait l’honneur de nous rendre visite à l’IUT ce mardi 17 janvier 2017. Une première pour ses deux intervenants, Jenny Rigaud, Responsable du Pôle National Culture, et Emmanuel Thouary, Responsable du Service Communication et Ressources Formatives, qui comptent éclairer un public composé de futurs professionnels de la communication publique sur les missions et enjeux de la Fonction Publique Territoriale…

Le CNFPT, qu’est-ce que c’est ?

Le CNFPT est un établissement public, paritaire et déconcentré qui intervient dans la formation et l’emploi des 1,8 million d’agents territoriaux qui exercent en France métropolitaine et territoires d’outre-mer. Il soutient les collectivités territoriales dans leur gestion des emplois et assure, à ce titre, la progression professionnelle de ses agents afin de répondre aux exigences du service public territorial. La compétence du CNFPT s’étend sur tout le territoire grâce à un réseau unique de 29 délégations, 18 pôles de compétences et 5 instituts (4 INSET et l’INET).

Jenny Rigaud et Emmanuel Thouary sont rattachés à l’Institut de Nancy qui héberge, au niveau national, 4 pôles de compétences – Action Educative, Culture, Santé et Citoyenneté – institués pour permettre au CNFPT d’anticiper l’évolution des métiers territoriaux et contribuer ainsi à une gestion dynamique des ressources humaines des collectivités.

L’INSET-Nancy, le partenaire de formation des cadres territoriaux

Contraintes budgétaires croissantes, nouvelles compétences, nouveaux enjeux, les collectivités doivent sans cesse se réinventer. Elles misent sur la montée en compétences de leurs agents, pour toujours améliorer le service public rendu au citoyen.

C’est dans cette approche que l’INSET-Nancy accompagne tout au long de leur carrière les cadres et experts territoriaux (fonctions d’encadrement de Catégorie A, accessibles à partir de Bac+3), anime le débat et la réflexion avec les professionnels de ses spécialités, pour concevoir et construire un éventail de nouvelles formations sur mesure. En fédérant les énergies, les intelligences et les moyens, l’INSET-Nancy renforce le CNFPT dans sa mission auprès des collectivités et des cadres : offrir à chacun des formations de haut niveau et des programmes de préparation aux concours adaptés à la complexité de son environnement, faciliter l’évolution professionnelle et multiplier les opportunités de carrière.

Alors, la Fonction Publique Territoriale vous tente ? Vous êtes désormais proche d’obtenir votre licence, billet d’accès aux concours des cadres territoriaux. Et la maitrise des outils numériques est une valeur ajoutée de plus en plus recherchée, comme l’ont souligné nos deux intervenants…

Nous tenons à remercier Jenny Rigaud et Emmanuel Thouary pour leur disponibilité et leur convivialité, bienvenues durant cette soirée glaciale, et les invitons à nous rendre visite dans un futur proche.

Pour plus d’informations : www.cnfpt.fr

A noter : une Journée d’Actualités sur l’Administration Numérique organisée par le CNFPT aura lieu le mardi 7 février dans les locaux de l’INSET, 1 boulevard d’Austrasie à Nancy (Contacts : Oumar N’DIAYE oumar.ndiaye@cnfpt.fr – Jérémy Blasquez jeremy.blasquez@cnfpt.fr).

Responsable Tic

Par lpcpon
Responsable Tic
Le responsable des technologies de l’information et de la communication impulse et assure la coordination des projets impliquant les TIC dans son organisme.
Il doit contribuer, sous la responsabilité du directeur des services de communication, à la consolidation d’une culture de bonne utilisation des technologies de l’information et de la communication au service des acteurs et des apprenants.
Il participe également à l’élaboration d’outils d’organisation et de communication, comme par exemple la création d’un site internet ou