Stage dans la mairie de Rives Dervoises

Tous les étudiants en LP CPON, qui ne sont pas en alternance, doivent réaliser un stage de quinze semaines dans un organisme public. Pendant le stage, nous rédigerons un mémoire portant sur le sujet de notre choix. Un mémoire est un livret d’une cinquantaine de pages qui fait office de réflexion sur un sujet en particulier. Dans notre cas, ce sera sur un sujet qui concerne la communication publique et notre réflexion s’appuiera sur notre stage et sur des ouvrages. Pour nous aider, nous avons chacun un tuteur de stage. Après notre stage, nous réaliserons également une soutenance.

J’ai la chance d’effectuer un stage de quinze semaines dans la mairie de la commune de Rives dervoises. C’est une commune rurale située dans le département de la Haute-Marne, dans le Grand Est. Rives Dervoises est une des nouvelle commune française créée en janvier 2016. Elle regroupe les villages de Puellemontier, Droyes, Longeville-sur-la-Laines et Louze. La commune regroupe 1400 habitants.

Au niveau de la communication, ils réalisent un prospectus au format A4 chaque mois pour informer les citoyens de toutes les nouvelles qui concernent leur commune. Ils possèdent également un site web depuis octobre 2021. Mes missions seront de créer un livret d’accueil, d’optimiser et de mettre à jour le site web et de créer une chaîne YouTube ainsi que de faire sa communication.

Mon stage commencera le 21 mars 2022, j’ai hâte d’y être.

Berteaux Lisa

Les études à distance : la détresse grandissante des étudiants

Depuis maintenant presque un an, la COVID-19 sévit sur le territoire français. Son arrivée mais aussi sa résistance ont poussé le pays à s’adapter sur de nombreux plans, y compris celui de l’éducation et des études supérieures. Afin de limiter le risque de propagation au maximum, la majorité des étudiants français sont contraints d’effectuer leur formation à distance. De semaine en semaine, l’écho de retombées négatives se fait entendre de plus en plus.

Une mise à distance qui dure

Le 16 mars 2020, la France a connu son premier confinement dû au coronavirus. Depuis cette date, les études supérieures ont connu une certaine « révolution ». Finis les cours en présentiel dans la mesure du possible, afin d’éviter au maximum les contacts et donc la propagation du virus, bonjour aux cours à distance par le biais des plateformes de télécommunication et de travail collaboratif. Teams, Zoom, chaque établissement et même chaque enseignant y va de sa préférence.

Malica Ghomerani : Ancienne étudiante de la LP CP&ON maintenant chargée de communication en milieu hospitalier

Malica GHOMERANI

Les étudiants non-alternants de la LP CP&ON ont eu la chance de rencontrer le 13 octobre 2020, Malica Ghomerani, ancienne élève de la formation, actuellement chargée de communication au sein du Groupe hospitalier de l’est de la Meurthe-et-Moselle (GHEMM) à Lunéville. Durant cette rencontre, les participants ont pu en apprendre davantage sur les enjeux et la complexité de la communication au sein du milieu hospitalier. Pour illustrer son travail, l’ex étudiante aime utiliser l’expression de Confucius « Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ». Malica a fait part de son parcours dans le domaine de la communication publique et de son entrée dans le monde du travail.

Après de nombreux stages et expériences au sein de divers établissements tels que les Ballets de Monte-Carlo à Monaco, la Villa Arson à Nice, le Château des Lumières à Lunéville ou bien encore la communauté de communes du territoire de Lunéville à Baccarat, l’entrée au GHEMM de Malica s’est déroulé sans passation de pouvoirs avec l’ancienne chargée de communication du service. Elle nous a confié assumer seule cette tâche et devoir gérer diverses missions en prenant compte des demandes de chacun. Ses missions dominantes sont d’organiser des actions en interne en lien principal avec des évènements nationaux et internationaux en rapport direct avec la santé, la rédaction d’articles, les relations presse, des conceptions graphiques ainsi que la mise en page du journal du GHEMM.

Ses conseils pour réussir

Au sein du service communication d’un hôpital, il faut faire connaitre les offres de soin les spécialités de l’établissement. Il est important de réussir à déterminer ce qui est prioritaire et ce qui est urgent afin de répondre aux commandes de chacun lorsque cela est réalisable. « Il est donc également
important de savoir dire non face à certaines demandes qui ne sont ni prioritaires, ni urgentes, voire parfois irréalisables
», expose la jeune professionnelle. Elle a également confié qu’il ne faut pas être déçu si un évènement que l’on a organisé de A à Z n’a pas le succès espéré. « Ce n’est pas parce les résultats sont en-dessous de nos attentes qu’il s’agit d’un échec », insiste-t-elle.

Lors de son intervention, Malica a fait part de certains de ses aprioris concernant le milieu hospitalier avant d’y travailler. L’hôpital demeure un lieu angoissant pour de nombreuses personnes. Pour autant, la jeune femme a assuré que lorsqu’on s’y rend chaque jour pour le travail, le ressenti est bien différent. On agit en lien avec tout le personnel, mais également avec les supérieurs. Le domaine médical étant un secteur très complet, complexe et, de plus, très important. La crise sanitaire actuelle en est bien la preuve.