Stratégie de communication en Terranga

Une multitude d’associations à but humanitaire foisonnent dans le monde, avec un but commun : récolter des dons afin de défendre leurs causes.

Au sein de l’IUT Charlemagne, le tableau d’affichage du bâtiment consacré aux métiers numériques en témoigne : cette semaine, une affiche y représente les ONG présentes à Nancy.

Ces associations comme « Médecin du monde » ou « La croix rouge » sont des associations qui rayonnent sur l’ensemble du territoire français, et qui disposent d’antennes locales. Ainsi, les travailleurs sociaux présents dans les communes de France profitent des campagnes de publicité nationales et ont également la capacité d’assurer une communication de proximité afin d’encourager l’adhésion de leur public cible.

Il n’en est pas de même pour toutes les associations, notamment pour de plus petites structures implantées dans des pays émergents, qui ont besoin de fonds mais ne peuvent compter uniquement sur l’aide des habitants de leur région, qui vivent souvent eux même dans une extrême précarité.

Il est alors impératif pour ces dernières de communiquer au-delà des frontières, avec la difficulté de gagner la confiance des futurs donateurs en l’absence de proximité géographique.

« L’empire des enfants », une association Dakaroise en quête de visibilité 

L’association « L’empire des enfants », fondée à Dakar par Anda Mbow en 2003, est confrontée plus qu’une autre à cette problématique, car elle défend une cause très locale peu connue en Europe.

Cette fondation, créée il y a 20 ans, a pour but de recueillir des enfants livrés à la rue qui sont en grande majorité des « talibés », des enfants envoyés par leurs familles démunies dans des écoles coraniques appelées « daaras » avec un professeur coranique qui s’avère mal intentionné en contraignant ces petits garçons à la mendicité. Les enfants sont le plus souvent trouvés dans la rue et pris en charge par une équipe d’éducateurs, soignés, nourris, logés et écoutés.

La première année est consacrée à une initiation à l’alphabétisation des enfants, à une remise en confiance en la relation avec l’adulte en vue d’une scolarisation l’année suivante et d’une réintégration dans leur famille dès que possible. Lorsque ce retour auprès de leurs proches n’est pas possible, ils continuent à vivre au centre d’accueil de l’association et sont scolarisés dans des écoles privées grâce à un système de parrainage.

Afin de défendre cette cause, il était manifestement indispensable de sensibiliser des donateurs au-delà du continent africain. Alors comment Madame Mbow a-t-elle réussi à faire connaître « l’empire des enfants » à l’échelle Internationale ? Comment est-elle parvenue à sensibiliser les citoyens du monde pour obtenir les dons nécessaires, et gagner leur confiance ?


Familiarisation avec les outils de communication modernes

Si l’association dispose d’un site internet clair et complet bien que perfectible, ce dernier ne jouit pas d’un référencement Google suffisant pour attirer les donateurs.

Dans la majorité des cas, ces derniers ne cherchent pas spontanément une association caritative via leur navigateur internet, mais leur geste est souvent guidé par une campagne d’information qui les aura convaincus en amont. Ceci est d’autant plus vrai pour les associations non européennes sachant que les dons qui leurs sont offerts ne sont pas déductibles des impôts sur le revenu français, contrairement aux autres …

En outre, les personnes désireuses d’aider les fondations humanitaires sont souvent frileuses de le faire dans des établissements éloignés ou moins connus que des institutions comme la Croix rouge, non confiante de la manière sont sera utilisé leur argent par un ONG plus confidentielle.

Ainsi, dans le but de promouvoir sa mission, l’Empire des enfants n’a pas manqué l’explosion des réseaux sociaux et la fondation est présente sur Facebook, Twitter et Instagram.

Elle a également profité de l’émergence des campagnes de dons sur ces réseaux et la démocratisation du crowdfunding.

Nous sommes allés à sa rencontre à Dakar le 29 octobre dernier et nous avons interrogé Alassane Winch Diagnesur, un collaborateur d’Anda qui est chargé, entre autres missions, de la communication de l’association. Ce dernier effectue un réel travail de « community manager » sans même en avoir conscience.

Grâce à Alassane, la page Facebook de l’Empire des enfants est désormais alimentée d’articles concernant l’association, sur son actualité, des évènements marquants dans la vie des enfants, ponctués de photos et vidéos de qualité. En mai dernier, une campagne de crowdfunding a permis l’acquisition de matériel audiovisuel. Cet équipement a également permis la production de vidéo visibles sur Youtube.


Une communication publique efficace au service du droit à la dignité des enfants sénégalais.

La force de communication de cette ONG qui la singularise des autres associations environnantes réside dans la personnalité même de sa fondatrice. Anda Mbow est devenue une personnalité médiatique et une ambassadrice de sa cause très médiatisée qui a su apprivoiser les journalistes de la presse écrite, et multiplie les interventions à la radio et à la télévision. Cette notoriété lui a permis de trouver des partenaires économiques et politiques puissants tels que LA POSTE, Air France ou l’Union Européenne. Mme MBOW a par ailleurs été élevé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur Française le 13 juillet 2019.

Au gré de nos échanges sur place avec Anda et Allassane, ces derniers nous confirment que la stratégie de communication de l’organisation repose sur l´image de Mme Mbow, personnage charismatique, qui maîtrise l’art des « relations publiques ». Elle a également su convaincre de nombreux artistes de s’associer à son projet caritatif, qui constituent d’importants influenceurs, participant eux-mêmes à encourager différents acteurs économiques privés à investir des fonds dans sa cause humanitaire. L’association a également signé des conventions de partenariat avec des universités américaines et européennes afin d’accueillir des stagiaires de la profession sociale, ce qui contribue à développer le rayonnement de la fondation.

Mme Mbow nous a confié qu’elle ignorait les rouages de la communication médiatique sénégalaise lorsqu’elle a créé son association alors qu’elle était de retour dans son pays natal, après trente ans de vie en France : son discours de militante était incisif envers ses co-citoyens et le gouvernement qui niaient l’instrumentalisation des talibés par des marabouts peu scrupuleux. Il n’a pas été facile de dénoncer cette dérive dans un pays composé à 97 % de musulmans, qui cohabitent pourtant en toute sérénité avec une minorité chrétienne et qui ne semble pas souffrir du radicalisme islamiste présent dans beaucoup d’autres pays du continent.

Lors de l’inauguration des murs de l’association, le président de la RTF, première chaîne de télévision nationale, qui est un proche d’Anda, lui a fait la faveur de couvrir l’événement, puis lui a expliqué la nécessité d’une communication informative, éducative, prescriptive en évitant le piège de l’injonction.

Ainsi Mme Mbow, a continué à dénoncer ces abus, en ajustant le ton, en choisissant avec justesse ses médias, ses partenaires, ses ambassadeurs, et ses collaborateurs.

L’association peut aujourd’hui accueillir 60 enfants et projette d’ouvrir une unité pour les jeunes filles isolées. Un hôtel de « tourisme social » va bientôt ouvrir ses portes à Popengenine afin d’assurer une source de revenus stables à l’organisation. En effet, le littoral dakarois est une région du Sénégal très fréquentée, et Madame Mbow souhaite associé la « Terranga », qui signifie « terre d’accueil » au Sénégal à son projet humanitaire.

L’utilisation des réseaux sociaux dans la récolte de don, bonne ou mauvaise idée ?

Du 20 au 23 septembre dernier, 54 streamers1 étaient rassemblés à Montpellier afin de récolter des dons pour l’Institut Pasteur lors du Z Event. Comment ? Chaque streamer a présenté un live sur la plateforme Twitch pendant plus de 50H00 en jouant à différents jeux tels que League Of Legends, World Of Warcraft, Fortnite etc. Résultat ? 3,5 millions d’euros de dons ont été recueillis. Une question se pose : pourquoi un tel succès ?

Les campagnes publicitaires classiques à l’usage des plateformes digitales

Source : Les Restos du Coeur, données de la campagne 2017-2018.

On connaît tous ces grandes associations françaises : Les Restos du Coeur, le Téléthon, la Fondation Abbé Pierre etc.  Ces dernières organisent chaque année des campagnes de donations sur des périodes données. Leur communication passe par l’achat d’espaces publicitaires avec les moyens médias, dits “traditionnels” : l’affichage, la télévision, la radio ou encore la presse écrite. De plus, des numéros de téléphone ou des agences physiques sont instaurés afin de récolter des dons. Les Restos du Coeur récoltent des dons alimentaires, pécuniers, de jouets, de vêtements etc. dans des agences présentes dans toutes la France.

Depuis quelques années, la communication et les moyens de récolte des dons se démocratisent par le biais des réseaux sociaux. L’emplois des campagnes de  crowdfunding2 ou des dons sur Facebook sont d‘excellents exemples d’outils participant aux campagnes de dons. 

Une histoire de cible

En 2018, l’influenceur français Jérôme Jarre créé la Love Army, accompagnée d’une campagne de crowdfunding, en vue de récolter des fonds pour les Rohingyas, chassés de Birmanie. 2 milliards de dons ont été récoltés en quelques jours. Tout comme le Z Event, ces mouvements mettent en avant des influenceurs connus de tous. Les grandes associations françaises comme les Restos du Coeur mettent elles aussi en avant des personnalités publiques notamment lors du concert des Enfoirés, rendez-vous annuels pour le public français. 

Cependant, la cible n’est pas la même. Il est donc normal qu’il y ait des différences de dons ou même des records dépassés. En effet, pour le Z Event, la cible correspondait aux personnes passionnées par le monde du gaming. L’effet de groupe des donneurs durant le live

Des moyens de financement controversés ?

Ces outils de récoltes de dons posent problème. Par exemple, Facebook propose des rassembler des dons pour des anniversaires depuis 2017. Lorsque que la date approche, Facebook nous propose de faire un don pour une association à but non lucratif répertoriée dans leur liste. Tout est fait pour que nous soyons rassuré : Facebook assure, dans les pages d’aide, le transfert pécunier est direct avec l’association. Cependant un doute lié à la confiance avec les utilisateurs subsiste quant à ce transfert.

Par ailleurs, cette plateforme pose aussi problème dans le choix des associations. Facebook assure que le choix des associations est étudié au cas par cas dans le but de ne pas avoir à faire face à des problèmes tels que Paypal a pu connaître. En effet, en 2017, un groupuscule d’extrême droite a lancé une campagne de don qui avait pour but de contrarier le travail des ONG en méditerranée.

Promouvoir une cause et inciter aux dons est le but des associations caritatives. Cette démarche altruiste est une démarche parfaite pour les réseaux sociaux, qui propulsent les campagnes de donations. Mais on peut émettre des doutes sur la confiance que l’on doit avoir en eux. Finalement l’utilisation caritative de ces plateformes nous poussent à nous poser une autre question : à qui cela profite-t-il le plus ?

Qwant est un moteur de recherche français, il a été créé en 2013.
Il se différencie de Google en proposant une interface avec une barre de recherche latérale incluant les options de tri d’une recherche (web, photos, vidéos, etc). Les résultats sont présentés sur 3 colonnes : web, actualités et social.
Pour proposer ses résultats, Qwant croise les résultats de plusieurs moteurs et réseaux sociaux.
Ce moteur de recherche insiste sur le respect de la vie privée de ses utilisateurs, en ne traçant pas leurs recherches internet.

De plus, le moteur de recherche dispose de plusieurs soutiens : la Banque européenne d’investissement, mais aussi de la fondation Mozilla qui annonce que le moteur sera intégré par défaut à la prochaine version du navigateur Firefox.
Afin de poursuivre son engagement éthique, Qwant a annoncé une collaboration avec AkuoCoop, premier producteur indépendant français d’énergie renouvelable.
À savoir qu’il existe également une déclinaison du moteur de recherche, nommée Qwant Junior, à destination des plus jeunes.

Lilo a été créé en 2015, grâce à un financement participatif. C’est également un méta-moteur de recherche, il se base notamment sur Bing pour récupérer ses informations.
Ce moteur permet à ses utilisateurs de cumuler des « gouttes d’eau » pour chaque recherche qu’ils réalisent. Ces « gouttes » sont une monnaie virtuelle. L’usager choisit le projet auquel il souhaite contribuer et plus de 50 % des revenus générés par la publicité lui reviennent. Cette cagnotte donne la possibilité à l’internaute de soutenir un projet social ou environnemental.
Ce moteur de recherche connaît un certain succès, car l’utilisateur peut choisir lui-même l’organisme auquel il donne, lui donnant ainsi un réel sentiment d’implication.

De plus, Lilo affirme ne pas tracer ses utilisateurs et ne pas récolter d’informations sur leurs recherches.


Alors quel moteur de recherche choisir ?

Chaque moteur de recherche possède des particularités différentes. Alors que certains se concentrent sur le respect de la vie privée pour contrebalancer le géant de l’industrie Google, d’autres privilégient de centrer leurs efforts sur des notions d’environnement. Au final, chacun y trouvera son compte en fonction de ses attentes.

Lexique :
*Adresse IP : Une adresse IP est un numéro unique permettant à un ordinateur de communiquer dans un réseau.
*Méta-moteur de recherche : Un méta-moteur est un logiciel qui puise ses informations à travers plusieurs moteurs de recherche.

Les qualités des pages web, selon Google

Les qualités des pages web, selon Google

Le moteur de recherche « Google », créé par l’entreprise Google (lancée le 27 septembre 1998), est le moteur de recherche le plus utilisé au monde. Il est le premier moteur de recherche utilisé en France avec plus de 93% des recherches effectuées sur le moteur américain  (source : Wikipédia). Il est donc fondamental de bien réfléchir aux conditions d’un bon référencement sur Google. Voici quelques conseils afin de bien référencer votre site sur le moteur et ainsi avoir plus de visibilité !

Le fonctionnement de Google  

Pour ne pas être pénalisé face au référencement, il est important de relire régulièrement les critères de qualité de Google. En effet, Google corrige souvent ses algorithmes ; les « quality evaluators » de l’entreprise ont ainsi un guide leur permettant de réaliser les algorithmes qui noteront en deux notes un site internet : une note de qualité et une d’utilité. Ce guide est disponible sur Internet, malheureusement seulement en anglais pour le moment.

Depuis sa création, il y a eu plusieurs mises à jour Google qui changent la manière de gérer le référencement et ainsi qui changent les critères de qualité. À chacune des différentes mises à jour, Google répète « construisez du contenu de qualité ». Mais qu’est-ce que la qualité, selon Google ?

Les attentes de contenu du moteur de recherche 

Les « meilleurs résultats » selon Google n’ont rien à voir avec l’esthétisme du site internet, la question est : est-ce que le site comporte des résultats ? Le moteur de recherche cherche avant tout à fournir un service de qualité à ses utilisateurs en leur donnant les résultats les plus pertinents en fonction de leurs recherches. Il faut donc créer un contenu consistant, qui apporte des réponses supplémentaires comparé aux autres sites (par exemple apporter des précisions, mettre des informations en relations, etc.).

De plus, ces informations doivent être régulièrement mises à jour ; les pages sur les sites web qui sont obsolètes seront moins mis en avant lors du référencement Google. En plus du contenu textuel du site web, le titre, l’URL, les liens internes doivent être clairs.

Les algorithmes de qualité Google, des outils pour un bon référencement

 Les algorithmes de qualité créés par Google visent à expliquer aux « quality evaluators » comment positionner les pages dans les résultats de recherche du moteur. Ce sont en d’autres termes les critères de « qualité » qui serviront pour la notation des sites web, et ainsi, pour leurs référencements.

Le travail de référencement est élaboré en amont, il peut être naturel ou payant, on parle de :

SEO (Search Engine Optimization) : dispositif qui fonctionne avec des mots-clés, référencement naturel et gratuit ;

SEA (Search Engine Adverstising) : service payant, qui fonctionne au travers de l’achat de mots-clés et de publicités.

Le référencement naturel sera idéal si les sites web respectent au plus près les algorithmes conçus par Google. Ces algorithmes évoluent en permanence, il est important de toujours bien veiller à suivre les modifications, et les nouveaux créés pour effectuer les changements nécessaires. Il existe aujourd’hui une multitude d’algorithmes conçus par le moteur de recherche, mais il reste des algorithmes « majeurs ».

  • L’algorithme Google Panda :

Publié en août 2011, il dévalue et déclasse les sites dit de « mauvaise qualité », au contenu de faible valeur ajoutée :  notamment les sites qui surchargent leurs pages de publicités et qui empêchent le contenu d’être vu, les contenus cachés (non visibles par les internautes mais visibles par Google), les contenus dupliqués, etc.

Google porte désormais une grande importance à la qualité du contenu. La dernière mise à jour de cet algorithme date de 2015.

  • Google Pingouin :

Algorithme lancé en avril 2012, Pingouin a été conçu pour pénaliser les sites qui ont abusé de techniques de spam. Par exemple au niveau du texte, répéter volontairement à plusieurs reprises les mots-clés peut être sanctionné ; de même pour les titres comprenant trop de mots-clés, etc. Cet algorithme est régulièrement mis à jour, en continu.

  • Hummingbird (Colibri) :

Officialisé en septembre 2013, il s’intéresse aux requêtes composées de plusieurs mots-clés mais il change le mécanisme de recherche Google. En effet, il essaie de deviner la définition qui se cache derrière chaque requête et les traduits en contenus indexés (afin de donner les bons résultats, notamment avec les recherches orales, de plus en plus courantes avec la place du mobile et des assistants vocaux). Cet algorithme a été conçu également pour fonctionner avec les synonymes pour obtenir des résultats en commun.

Pour le site web, Google met en avant également avec cet algorithme l’importance du contenu de « qualité », que l’on peut faire correspondre aux requêtes orales et il ne faut pas hésiter à utiliser un champ lexical élargi et varié (utilisation de synonymes).

  • RankBrain :

Lié à Hummingbird et officialisé en 2013 également, cet algorithme « intelligent » doté de systèmes d’apprentissage automatique (deep learning) permet de mieux comprendre l’intention de la recherche des internautes. Mais les pages web ne peuvent pas être travaillées pour optimiser les résultats de cet algorithme.

À tous ceux-ci s’additionnent d’autres critères qui entrent en compte dans le référencement SEO, tel que la vitesse de chargement de la page et de navigation (depuis 2018 également sur le mobile) ; la e-réputation (nombre de recherches sur la page web, informations gênantes toujours visibles sur l’entreprise…) ; la priorité donnée aux pages qui utilisent le protocole HTTPS, actualité et mise à jour du contenu, compatibilité mobile, etc.

Ainsi,

Pour obtenir un bon référencement naturel sur le moteur de recherche : ne comptez pas sur vos propres critères de qualité, mais sur ceux de Google. Il faut s‘appuyer sur les différents algorithmes existants conçus par Google et dont les « quality evaluators » se servent pour noter les sites et les classer.

Il faut bien réfléchir à son contenu : qu’il soit bien lisible, avec des textes complets et surtout pas de parasites de type spams ou une surcharge de publicités, et régulièrement effectuer une veille sur ces algorithmes, bien se renseigner. Google met en effet régulièrement à jour ces algorithmes et en conçoit des nouveaux : il faut se tenir informé et adapter son site, sans oublier de le mettre régulièrement à jour.

Mais il ne faut oublier que le site web est à destination des internautes, il faut répondre à la requête. Il est bien de se classer sur le moteur de recherche Google mais il ne faut oublier que c’est les internautes qui jugeront de la qualité de la page : est-ce que la page web répond à leurs questions ? Sans oublier qu’il n’existe pas que Google comme moteur de recherche, il faut mettre les chances de son côté sur tous les moteurs.

Comment bien utiliser les hashtags sur les réseaux sociaux ?

Comment bien utiliser les hashtags sur les réseaux sociaux ?

À l’ère du tout numérique, les réseaux sociaux ont pris une place importante dans nos vies et dans notre quotidien. Il n’est d’ailleurs pas rare de retrouver votre mairie, votre banque ou encore votre commune prête à communiquer avec vous via les réseaux sociaux comme Twitter. Cette stratégie numérique peut en effet être un atout de taille pour toucher un nouveau public. Mais pour un organisme public, une mauvaise utilisation de ces réseaux peut très vite nuire à sa réputation. 

Pourquoi utiliser les hashtags ?

Si le hashtag a été créé, c’est avant tout pour donner de la visibilité à un tweet (ou publication). En effet, c’est ce petit mot-clé précédé du signe # qui élargit ou non la portée d’une publication. Là est alors tout l’enjeu de choisir le bon mot-clé pour donner un maximum de visibilité à votre contenu. Et maîtriser les hashtags, cela s’apprend !

Une fois choisi le bon hashtag sur votre publication, le réseau social sur lequel vous vous trouvez va indexer votre hashtag dans sa base de données, ce qui va automatiquement le transformer en lien cliquable. Ainsi, toutes les personnes cliquant sur votre hashtag pourront visionner d’autres publications utilisant ce même mot-clé. Quand un mot-clé est beaucoup utilisé, il peut même apparaître dans les tendances nationales de Twitter, un très bon point pour la visibilité.

Sur quels réseaux ?

Les hashtags s’utilisent un peu partout. Bien qu’à la base, ils soient propres au réseau social Twitter et Instagram, ils se sont peu à peu invités sur Facebook, Pinterest ou encore Linkedin. Cependant, cette diversité des supports ne fait qu’insister sur le fait que les mots- clés peuvent être un puissant outil de visibilité numérique s’ils sont bien utilisés. En effet, ne pas mettre d’hashtag sur Twitter et Instagram, est une erreur. Un tweet avec hashtag a deux fois plus d’engagements que sans. Selon Christophe ASSELIN dans « le pouvoir du hashtag »,  il a aussi droit à plus de 50% de retweets supplémentaires. Sur Instagram, une photo sans hashtag a près de 13% d’engagement en moins qu’avec.

En revanche, si vous ajoutez un ou deux hashtags bien choisis à vos tweets, ce que vous annoncez ou partagez prend du relief et sort du lot, ne serait-ce que visuellement. Surtout, pourvus de hashtags, vos tweets se rattachent automatiquement à un corpus préexistant, et deviennent de ce fait immédiatement visibles pour tous ceux qui s’intéressent à votre sujet.

Depuis 2018, LinkedIn supporte les hashtags. Que ce soit sur les statuts ou sur les articles, il est conseillé de les inscrire à la fin, après avoir sauté une ligne.

Sur Youtube, les hashtags peuvent tout à fait être utilisés dans le descriptif. Mais, bizarrement, c’est surtout dans les commentaires qu’ils sont populaires.

Pinterest permet également d’utiliser les hashtags. Ils sont cliquables dans le descriptif de l’épingle. La recherche de ces hashtags est intégrée et l’utilisation de ceux-ci est de plus en plus installée dans les habitudes.

Les erreurs à ne pas commettre

Bien qu’ils soient très populaires et présents un peu partout, beaucoup d’organismes ont encore du mal à utiliser le hashtag. Que vous soyez une collectivité ou un organisme public, construire votre stratégie grâce aux hashtags est tendance et nous allons vous donner quelques conseils-clés pour réussir à les apprivoiser :

Ne pas se servir d’hashtags populaires pour communiquer un contenu différent : pour un débutant qui cherche à donner de la visibilité à sa publication, il est parfois tentant d’insérer des hashtags populaires dans le contenu. Seulement, si un utilisateur tombe sur votre publication alors qu’il cherche un contenu spécifique au hashtag utilisé, il risque d’associer votre nom à cette mauvaise expérience et donc vous donner une mauvaise image.

Ne pas dépasser le nombre d’hashtags autorisés par réseau : comme nous l’avons vu précédemment, de plus en plus de réseaux sociaux utilisent les hashtags, mais attention, ils ne s’utilisent pas de la même façon ! Trop ou pas assez, voici quelques règles d’usage à observer selon Jeremy de Campos dans « 7 erreurs que vous devez éviter concernant les hashtags » :

  •  Sur Twitter, utiliser plus de 2 hashtags fera énormément chuter les interactions ;
  •  Sur Facebook, mieux vaut se limiter à un seul ou 2  grand maximum ;
  •  Sur Pinterest, limitez-vous à 2 hashtags maximum pour des questions de sérieux et de lisibilité ;
  •  Quant à Instagram, le nombre optimal d’hashtags est de 9. Au-dessus, l’engagement se délie doucement.

Ne pas être abusif (spam) : certains organismes continuent d’utiliser les hashtags dans tous les mots d’une phrase et c’est une technique à bannir ! Les hashtags sont faits pour mettre en valeur le sujet / le thème abordé. Il ne faut donc pas l’utiliser sur des mots faibles ou hors propos.

Réfléchir à la pertinence : avant chaque publication, il est important d’avoir en tête l’idée qu’on veut faire passer. C’est en partie ce sur quoi va reposer le hashtag principal. Il doit refléter en un mot la démarche d’une publication.

Quelques conseils et outils

Conseil n°1 : Éviter de créer vous-même des hashtags

Lorsque votre publication est prête et que vous vous apprêtez à passer à la phase « hashtag », vous pouvez simplement juger de la pertinence de celui-ci en fonction de ceux que vous propose la plateforme. En effet, évitez de créer vous-même des hashtags.  Lorsque vous commencez à écrire votre mot-clé, Twitter va vous proposer des hashtags populaires en fonction de l’orthographe de votre mot-clé. Prenez le plus pertinent (celui en haut de la
liste). Vous vous assurez ainsi qu’il va être pertinent, et qu’il a déjà été visible.

Attention : Ce système de suggestion est propre à chaque réseau. Instagram vous permet également d’obtenir des suggestions pertinentes lorsque vous remplissez le champ « description » de votre photographie. Tout comme LinkedIn, qui s’est récemment mis aux hashtags. Aujourd’hui, seul Facebook ne propose pas ce genre de service.

 

 

Conseil n°2 : Utiliser l’onglet « populaire » ou « récent »

En effet, sur Twitter, vous avez la possibilité grâce à l’onglet « récent » ou « populaire » de voir rapidement si un hashtag fonctionne bien ou non. Par exemple, vous tapez votre hashtag dans l’onglet « recherche » du réseau. Dirigez-vous ensuite dans l’onglet « populaire » afin de voir si celui-ci a tendance à engendrer beaucoup de réactions ou non. Vous pouvez aussi vous diriger vers l’onglet « récent » afin de voir si votre hashtag a fait parler de lui récemment. Si les publications que vous propose la plateforme datent de plus d’une semaine, oubliez !

L’outil indispensable : Hashtagify

Hashtagify est un outil en ligne et gratuit (dans sa version limitée) qui nous permet en direct de juger de la pertinence d’un hashtag. Pour cela, il vous suffit d’inscrire le mot-clé que vous comptiez utiliser comme hashtag dans la barre de recherche que propose l’outil. Attendez une fraction de seconde et Hashtagify vous donnera :

  • son pourcentage de popularité (en dessous de 10%, votre hashtag ne sera pas pertinent) ;
  • le pourcentage de popularité récente et son pourcentage de tendance dans le mois ou la semaine ;
  • en plus de toutes ces informations, l’outil est capable de détecter la meilleure orthographe possible pour votre hashtag. Il remplacera alors directement les mots composés qui ont besoin de majuscule par exemple.

Hashtagify est donc un excellent outil pour débuter avec les hashtags et il peut très bien vous accompagner longtemps afin de vous enlever tout doute lors de vos prochaines publications. Une chose est sûre, après l’avoir essayé vous l’adopterez !

Les civic Tech, une nouvelle forme de participation citoyenne en ligne

Les Civic-Tech

Qui sont-elles?

Cet acronyme signifie en français technologie civile, comme son nom l’indique, il s’agit de l’ensemble des technologies et des moyens numériques mis en œuvre et créés dans le but de renforcer le lien entre les citoyens et le gouvernement dans le but d’améliorer le système politique. Par ailleurs, pour les définir simplement, le quotidien  « le monde » a défini ces Civic-Tech comme : « la démocratie en version Start-up »

Dans le cadre de notre cours « Démocratie et communication de proximité », notre professeur Mme Anne Piponnier nous a parlé des différentes formes de démocratie, et plus particulièrement de l’essoufflement progressif de la démocratie représentative qui cède place à la démocratie participative. Notre professeur nous a aussi parlé des différentes formes de participation et à quel point la participation et la proximité étaient liées.

En effet, à partir du moment où certaines prises de décisions politiques sont soumises à un vote, on rend le citoyen actif au sein de sa société en lui donnant du pouvoir, on appelle ça vivre en démocratie. A l’heure actuelle, pour aller plus loin, on parle donc de démocratie participative, c’est-à-dire le renforcement de la participation des citoyens à la vie politique. Ce renforcement est lié notamment à l’évolution des technologies et du numérique et à la transparence actuelle que les citoyens exigent au gouvernement. En effet, avec la démocratie participative on cherche à créer une citoyenneté active et informée. Cette démocratie participative s’est peu à peu développée à la fin des années 1960 pour casser le côté élitiste et expert/savant qu’on associait au pouvoir politique et à ses élus elle remplace donc petit à petit la démocratie représentative, des moyens ont donc été créés pour permettre aux citoyens de débattre et de peser dans les décisions politiques.

En 2018, on compte plusieurs formes de participation citoyenne, d’ailleurs depuis la loi de 2002, la création de conseils de quartiers est obligatoire pour les communes ayant plus de 80000 habitants, cette loi de 2002 permet entre autre l’approfondissement de la démocratie locale.

 

Parmi ces formes de participation citoyenne se trouvent :

  • Les conseils de quartier : d’ailleurs depuis la loi de 2002, d’ailleurs depuis la loi de 2002, pour les communes de plus de 80000 habitants il est obligatoire d’organiser des conseils de quartiers.
  • Le débat public
  • L’information, qui avertit le citoyen sur les projets à venir ou en cours au sein d’un territoire.
  • La consultation, la concertation, le référendum, la conférence de citoyen ou encore la conférence de consensus qui consiste à inviter des citoyens à débattre ou à échanger avec des experts.
  • Les cellules de planification citoyennes qui, pour sa part, permet de réunir un jury de citoyens concernés par un débat quelconque pour qu’ils puissent discuter.
  • Le sondage délibératif et l’enquête publique sont deux formes de participation citoyenne permettant de recueillir l’avis des citoyens pour étudier leurs réponses sur un sujet et pouvoir définir une opinion publique.
  • Plus récemment, plus innovant et en provenance du Danemark, l’atelier scénario a été créée pour que les citoyens et les experts forment des ateliers de travail autour de grands débats de société.

Grâce aux puissantes avancées technologiques de ces dernières années, ces formes de participations mises en œuvre pour les citoyens ont été adaptées sur internet, jusqu’à avoir leur propre nom : « Les Civic Tech ».

Ces Civic Tech ont donc plusieurs objectifs, la notion de transparence des données est importante au sein de ce processus, le citoyen a en effet le droit d’être informé sur les prises de décisions publiques et politiques qui ont lieu au sein de sa société et ce avec l’utilisation et l’exploitation des données publiques. Ces Civic Tech permettent donc la co-création des décisions/lois gouvernementales. Elles représentent 24% des dépenses institutionnelles dans les technologies de l’information et selon plusieurs sondages, elles ont permis à beaucoup de jeunes dépolitisés de renouer avec la politique et de se souvenir qu’être citoyen ce n’est pas seulement voter.

 

D’où viennent-elles ?

Mais donc pourquoi ce nom Civic-Tech ? Nous le rappelons, il s’agit de l’abréviation de Civic Technology, nom anglais signifiant « Technologies civiles » Ces formes de participation citoyenne numérique provenant des pays anglo-saxons et grâce à la prédominance de ce monde anglo-saxon, le monde entier a donc réutilisé leur acronyme anglais.

 

Les atouts de ce concept ?

Plutôt que de se déplacer et de devoir organiser son temps en fonction des disponibilités d’autres personnes comme lors des conseils de quartiers par exemple, les Civic-Tech proposent de participer ou de s’intéresser aux décisions/débats de sa ville, de son département, de sa région ou même de son pays sans avoir à se déplacer, ce qui présente une certaine forme de confort comme bon nombres d’autres services ou démarches qui ont été dématérialisés (La caisse d’allocations familiales, les assurances, les mutuelles, les impôts sur le gouvernement…). D’autre part, il n’est également plus utile d’affronter d’autres personnes, puisque parfois les débats en face à face peuvent rebuter. Prendre la parole publiquement peut-être angoissant aussi, tandis que discuter virtuellement peut s’avérer être plus rassurant, l’interlocuteur n’est pas physiquement présent et nos réponses peuvent être formulées plus posément en prenant le temps de les écrire, de les formuler ou même de les modifier.

 

Les inconvénients de ce concept :

Si la dématérialisation satisfait bon nombre de personnes, elle provoque également l’effet inverse en créant des fractures sociales auprès de ceux qui n’ont pas la possibilité d’avoir accès à l’informatique. Si ces Civic Tech devaient substituer aux formes de participations classiques citées plus haut dans l’article, certaines personnes ne pourraient pas bénéficier de leurs usages et cela pourrait pousser à l’isolement d’une catégorie de citoyens.

 

Comment s’appellent-elles ?

Une recherche aiguisée de ces plateformes spécifiques s’imposait donc. Les critères pour les filtrer dans le cadre de cet article étaient simplement : Les plus pertinentes, populaires et surtout françaises.

En 2018 on en compte une trentaine en France mais nous nous sommes concentrés sur une dizaine d’entre elles revenant dans les résultats de recherches comme les plus populaires, pour cela nous avons lu plusieurs articles scientifiques sur les Civic-Tech et relevé les noms de celles citées le plus régulièrement. Enfin nous les avons divisées en plusieurs catégories car elles remplissaient différentes fonctions :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour résumer, ces sites internet associatifs existent sous plusieurs formes comme énoncé précédemment : réseau social, Chatbot, lobby… et tous ont pour souhait de révolutionner la démocratie en la modernisant et en la rendant plus accessible aux citoyens, et ce, avec l’aide du numérique. Ce concept existe aussi à l’étranger, par exemple aux Etats Unis nous avons le site internet Change.org, aux Royaume-Uni le site MySociety ou encore CitizenLab aux Pays-Bas qui propose les même services adaptés bien évidemment à la politique du pays correspondant.

Dans une société oscillant entre le progrès numérique constant et la dépolitisation de plus en plus forte, ces sites internet ont trouvé le moyen d’illustrer la démocratie participative en proposant plusieurs services en ligne. Il est vrai que faire entendre sa voix est une chance que tous les citoyens du monde n’ont pas et les Civic-Tech n’obligent pas le citoyen à s’exprimer forcément, elles proposent juste parfois de l’informer.  Mais pour le moment ces plateformes sont encore mal connues du grand public français et ne se sont pas encore totalement adaptées au gouvernement et à la politique française. L’avenir aidera t’il ces technologies civiles à substituer définitivement aux formes de participations citoyennes actuelles ? Vas t’on vers une dématérialisation totale de la société, y compris de la démocratie ?

 

La transformation numérique, un défi pour les collectivités

La transformation numérique, un défi pour les collectivités

Depuis le milieu du XXe siècle, les villes ont connu des mutations dans leur gouvernance et leur planification urbaine liées à des problèmes environnementaux croissants. Ces mutations incitent les urbanistes à redoubler sans cesse d’effort pour promouvoir une ville plus respectueuse de l’environnement. Ainsi, les politiques publiques cherchent à mettre en place un écosystème dynamique et innovant au sein de leurs collectivités. Pour assurer son émergence, la transformation numérique, intégrée au quotidien des français pour leurs communications, leurs achats, leurs activités professionnelles, est centrale.

Impactant aujourd’hui la société dans son ensemble, et concernant de fait, les territoires, il apparaît nécessaire de placer cette transformation au cœur des politiques publiques, afin de développer leur durabilité, leur adaptation aux besoins de chaque territoire et surtout leur efficacité.

L’écoquartier : initiative face aux problèmes environnementaux

Dès 2009, l’État français lance les premiers appels à projets répondant aux enjeux du développement durable : les écoquartiers, qui seront nationalement reconnus dès 2012 par l’instauration du label EcoQuartier. Ce type d’urbanisme moderne est fondé sur un objectif de maîtrise, sur une zone urbaine donnée, des ressources nécessaires à la population et aux activités de production économiques ainsi que des déchets qu’ils produisent. Il prévoit une fourniture locale de l’énergie, une absorption des déchets sur leur aire de production, le tout compte tenu des techniques et des circuits courts de recyclage et de distribution connus.

En proposant des services simples, instantanés, optimisés et dont les habitants peuvent s’emparer largement grâce aux outils à leur disposition (smartphones, compétences numériques), un tel quartier vise à favoriser le confort des citoyens, et, a fortiori, la lutte contre la fracture territoriale et les difficultés pour certains français de saisir les opportunités du numérique.

A noter que la manière dont les nouveaux produits et services portés par le numérique sont conçus par les innovateurs, utilisés par les citoyens et régulés par les pouvoirs publics, est décisive pour faire de la transition numérique un facilitateur et non frein à la transition écologique.

L’IssyGrid : un projet abouti

Piloté par Bouygues Immobilier, le projet multidisciplinaire de l’IssyGrid, destiné à optimiser la gestion et les consommations d’énergie à l’échelle d’un quartier, constitue un des exemples les plus aboutis d’écoquartier. Dirigé par la ville d’Issy-les-Moulineaux en collaboration avec de grandes entreprises telles qu’EDF, Microsoft, Total, Alstom, les infrastructures publiques du quartier sont connectées les unes aux autres via un programme technologique qui les réglemente virtuellement, permettant la mesure de l’ensemble des consommations, et la mise en place d’une unité de production d’énergies renouvelables et de stockage.

Pour Godefroy de Bentzmann, président de Syntec Numérique, premier syndicat professionnel de l’écosystème numérique français, le développement d’entreprises du numérique est essentiel à l’amplification vers la transition numérique menée au sein des collectivités. Capables de s’affirmer sur la scène internationale, ces dernières sont selon lui « créatrices de valeurs et d’emplois ».

La Smart City

De façon générale, les villes, désireuses de performances toujours plus élevées et en quête de nouveauté, s’accaparent ainsi l’innovation pour développer, grâce au digital, de nombreux modèles urbains. Toujours selon Godefroy de Bentzmann: « la transformation numérique des territoires peut permettre à la France d’être à la pointe d’un nouveau modèle de qualité de vie, intégrant des technologies numériques à la fois intelligent, durable ou « smart ». » Pour le co-fondateur de Devoteam, entreprise de services du numérique française, il est essentiel de faire des territoires « des exemples de service public aux usagers » en encourageant les élus à s’emparer du numérique.

Alliant numérique et durabilité, le concept de Smart City, dans lequel s’inscrit l’écoquartier, permet aux collectivités locales de transformer leurs opérations urbaines et leurs prestations de services. Sa mise en place vise à créer des infrastructures (eau, électricité, gaz, transports, services d’urgence, services publics, bâtiments, etc.) communicantes et durables, permettant de renforcer le lien avec les citoyens, être plus efficaces, tout en se développant dans le respect de l’environnement.

Les limites de la transition numérique

La transition numérique, matérialisée par la Smart City, impose aux collectivités de passer de l’ère informatique, celle des silos, de l’efficience dans chacun des secteurs, à une politique de transversalité. En effet, la Smart City correspond à la capacité à croiser d’une manière bien plus englobante, les expériences, les intelligences, les données. Or, la compréhension du monde numérique, l’acculturation à ce monde et la conscientisation de ces difficultés, reste une contrainte majeure. Il ne suffit pas d’avoir entendu parler d’Open Data pour les comprendre. De part leur formation initiale, les élus et cadres territoriaux assimilent de fait assez peu le monde dans lequel nous vivons.

Pour être le territoire intelligent qu’il prétend, un projet de Smart City doit s’inclure dans une compréhension globale, au lieu d’être confié à une cellule informatique ou un opérateur quelconque. Les acteurs privés ont en outre toujours collaborés  avec les pouvoirs publics. Or ces derniers rendent complexe la maîtrise totale des données, et posent un problème de gouvernance. Enfin, si elle est censée s’articuler autour du citoyen, la Smart City ne semble pas tenir compte des 16% de français éprouvant des difficultés à lire et écrire.

Le cas des écoquartiers, est perçu quant à lui, chez certains chercheurs tels que Jacques Theys, comme ne servant que de « vitrines écologiques » dans le cadre de stratégies plus générales de « marketing urbain ». Il y a selon lui incompatibilité entre « le désir de haut standard écologique et d’une quasi autosuffisance énergétique avec l’appel aux technologies environnementales sophistiquées que cela nécessite ». Cette incompatibilité entraînerait un surcoût de construction estimé à près de 20%.

Malgré cela : des constats encourageants

Même si les technologies ne sont pas encore stabilisées, une tendance est néanmoins observée auprès des collectivités. Les premières expériences tendent en effet à montrer des retours sur investissements, avec des investissements de départ compensés par des économies de fluides (eau, électricité, chauffage, etc.) et une baisse des coûts de maintenance.

A titre d’exemple, le retour sur investissement de l’installation d’un éclairage par LED associé à des détecteurs de présence à Rilleux-la-Pape, est estimé à 11 ans.  De plus, 75 % des collectivités disent actuellement investir dans l’éclairage public intelligent ou avoir l’intention de le faire. Bien entendu, ces chiffres dépendent de l’état initial des réseaux, qui peut se révéler très vétuste.

Quelles conditions de réussite ?

Une réhabilitation apparaît donc comme un préalable avant d’envisager de s’équiper de technologies « smart ».  La réussite de ce concept semble tenir à la capacité de la ville à devenir intelligente. Cette intelligence se traduit par la mise en place de nouvelles formes de gouvernance, en favorisant l’appropriation pour les usagers de ces nouveaux dispositifs, en identifiant des modèles économiques viables qui en soutiendront le développement et en étant agréable à vivre. Dans ce cadre, le dialogue entre les maires, leurs équipes et les spécialistes de la high tech est d’une nécessité inédite. Mais le dernier mot doit revenir à ceux qui ont la légitimité démocratique et sont les détenteurs de l’intérêt général.

 

 

Sources :

https://syntec-numerique.fr/sites/default/files/Documents/2017_03_Cahier_Villes_-_Syntec_Numerique.pdf

https://syntec-numerique.fr/sites/default/files/Documents/2017_10_18_Smartcity_DEF.pdf

https://rfcp.fr/un-ecoquartier-numerique-a-la-hauteur-de-la-cop21/

https://www.usine-digitale.fr/editorial/mairies-4-0-issy-les-moulineaux-montre-l-exemple-avec-son-ecoquartier-numerique.N359564

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89coquartier

http://jeandumonteil.blog.lemonde.fr/2013/04/23/villes-intelligentes-les-conditions-de-la-reussite/

https://www.lagazettedescommunes.com/581439/transition-numerique-ou-en-sont-les-collectivites-territoriales/

Facebook : ce qui va changer pour les professionnels

Facebook : ce qui va changer pour les professionnels

Depuis l’année dernière, beaucoup de rumeurs et de bruits courent autour du premier réseau social du monde. Aujourd’hui, plusieurs sources émanant de la direction de Facebook et de son créateur lui-même confirment l’émergence d’une nouvelle orientation stratégique de celui-ci. Notamment à travers la mise en place de nouvelles méthodes de consultation et d’affichage des publications Facebook. Cela inquiète beaucoup les professionnels qui craignent de voire leur visibilité se réduire sur ce réseau social incontournable.

PowToon : un outil de présentation dynamique !

PowToon : un outil de présentation dynamique !

Aujourd’hui, nous vous proposons de partir à la découverte PowToon, un outil de présentation, sous forme de vidéos d’animation qui n’a rien à envier à ses concurrents ! Lorsque l’on vous dit présentation : à quoi pensez-vous ? Powerpoint, évidemment ! Ce logiciel développé par Microsoft a vu le jour à la fin des années 80 et est resté, pendant longtemps, la seule référence sur le marché des solutions de présentations professionnelles. On comprend alors sa popularité auprès des utilisateurs. Cependant, avec le développement de l’open-source, Powerpoint a du souci à se faire. Depuis une dizaine d’années, l’univers de la présentation s’est diversifié pour proposer des solutions moins statiques, plus dynamiques, parfois gratuites… Et toujours plus originales ! Et ça, PowToon l’a bien compris !