Le bilan mi-mandat de la ville de Nancy, lauréat du Grand Prix Cap’Com

Le bilan mi-mandat de la ville de Nancy,  lauréat du Grand Prix Cap’Com

C’est au cours de la 29ème édition du Grand Prix de la communication publique qui s’est tenue les 5, 6, et 7 décembre derniers au Havre que la ville de Nancy s’est vu décerner le Cap’Com d’argent dans la catégorie « communication institutionnelle ».

C’est grâce à son bilan mi-mandat « Aimons Nancy » sur les engagements pris par l’équipe municipale que la collectivité nancéienne a su se distinguer. Fruit d’une grande consultation citoyenne de six mois et plus de 8000 rencontres, ce bilan est un point d’étape des mesures phares de la ville, publié sous forme d’un hors-série et décliné sur le web.

Les enjeux de la communication pour les associations

Leur communication

La démarche de communication n’est pas une chose évidente pour les associations. En effet, par manque de temps, de budget ou de ressources humaines nécessaires, c’est souvent l’un des pôles les plus négligés au sein de celles-ci.

Contrairement à une entreprise, une association ne doit pas communiquer pour vendre un produit ou un service. En effet, elle doit communiquer selon le but de l’association et de ses adhérents.

Il ne faut tout de même pas perdre de vue que le nombre d’associations est exponentiel, elles sont alors tenues de se démarquer de par leurs actions de communication. Elles doivent toujours garder en objectif principal d’informer tout en se faisant une image pour se distinguer des autres associations similaires.

 

Pourquoi communiquer ?

 

Le fait de communiquer pour une association permet de créer un lien avec ses adhérents ou bénévoles. En établissant ce lien, une relation de confiance doit donc se créer entre le grand public et l’association, pour que cette dernière fonctionne.

 

 

Les associations, comme toutes autres organisations non lucratives, sont obligées de communiquer. Le but est de faire connaître leurs activités, services et évènements, pour la plupart, à petit coût.
Les associations utilisent pour la grande majorité trois supports de communication principaux : les plaquettes, les flyers et les affiches.

Pour construire une bonne stratégie de communication, une association ne doit pas perdre de vue ses objectifs :

  • Quelle est l’utilité de l’association ?
  • Qui êtes-vous ?
  • Que voulez vous faire ?
  • Quelle politique voulez-vous donner à votre association ?
  • Quelles sont les ressources matérielles, humaines et financières disponibles au sein de l’association ?

 

Laurie Lacombe

Rencontre avec le Sénateur Olivier Jacquin

Photo Olivier Jacquin

Olivier JACQUIN – © Le Républicain

Ce Mardi 9 Janvier 2018, les étudiants de la LP CP&ON ont eu l’honneur de recevoir le sénateur PS de la Meurthe-et-Moselle, Olivier Jacquin. Adjoint au maire de Limey-Remenauville depuis 2001, il devient président de la Communauté de communes des Trois Vallées, puis président de la Communauté de communes du Chardon Lorrain, de 2011 à 2016. En 2017 il est président de la nouvelle Communauté de communes Mad et Moselle. Élu conseiller général du canton de Thiaucourt-Regniéville en Meurthe-et-Moselle le 28 mars 2004, Olivier Jacquin est réélu en mars 2011. Désigné candidat tête de liste pour le PS, il est élu sénateur de Meurthe-et-Moselle le 24 septembre 2017. En situation de cumul de mandats, il abandonne son mandat de président de la Communauté de communes Mad et Moselle ainsi que son mandat d’adjoint au maire de Limey-Remenauville. Ensuite, le sénateur nous a expliqué le fonctionnement du Sénat ainsi que son rôle et ses missions. 

 

photo du Sénat

Le Sénat – © Humanite / Photo : Charles Platiau/AFP

Le Sénat est une assemblée représentative. C’est la deuxième chambre du Parlement en France, la première étant l’Assemblée Nationale, composée de Députés. Ce système de double représentation de la France et des français est appelé le «bicamérisme». Ce mot vient du latin composé du préfixe «Bi» qui signifie deux fois et «Camera» qui veut dire chambre. C’est donc un système politique basé sur un pouvoir législatif, le Parlement, constitué de deux assemblées dont les membres sont désignés selon des modes différents. Ainsi, les députés de l’Assemblée Nationale sont élus au suffrage direct universel, au scrutin uninominal majoritaire à deux tours par tous les français âgés de 18 ans au moins, jouissant de leurs droits civils et politiques et n’étant pas dans un cas d’incapacité prévu par la loi.

En revanche, les sénateurs, quant à eux, sont élus pour 6 ans, au suffrage universel indirect par environ 162 000 grands électeurs composés de députés, conseillers régionaux, conseillers départementaux, conseillers municipaux. Depuis l’entrée en vigueur de la constitution de la Cinquième République en 1958, les sénateurs et les députés, sont détenteurs du pouvoir législatif. Ils votent les lois (projet de loi) et en proposent. En cas de refus d’un projet ou d’une proposition de loi par l’Assemblée nationale, le texte est renvoyé à l’Assemblée nationale pour être amendé. Si le désaccord persiste, une commission parlementaire mixte paritaire est créée, composée de 7 députés et de 7 sénateurs. Si aucun accord ne peut alors être trouvé, c’est finalement l’Assemblée nationale qui vote la loi selon les termes de son choix, et non le Sénat.

logo du mouvement des élections sénatoriales d'Olivier Jacquin, "Avec vous, pour nos communes"   Enfin, il nous a exprimé sa manière de communiquer auprès des habitants. Il est important pour lui de garder un lien avec les habitants, d’aller à leur rencontre, d’être à l’écoute, de comprendre de ce que la personne attend de l’élu et surtout d’être sincère avec les électeurs. Pour appuyer son propos il a cité Abraham Lincoln : «Aucun homme n’a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge.» Selon Olivier Jacquin, communiquer lui permet de rendre compte de ses actions et d’expliquer ses choix politiques, ses engagements tenus ou non tenus. C’est aussi être capable d’identifier les relais d’opinion d’influence qui vont permettre d’aider dans la diffusion des messages politiques. Le porte à porte pour le sénateur a été un moyen très efficace pour découvrir le territoire. Il lui a également permis de se faire connaître et de comprendre le terrain sur lequel il évolue.

Amandine de Caseneuve

Visite : SharePrint un imprimeur innovant

Visite : SharePrint un imprimeur innovant

Ce jeudi 14 décembre, les étudiants de la licence ont visité l’imprimerie SharePrint située à Maxéville.

SharePrint a été fondée en Lorraine en 1966 et s’est étendue ensuite en Ile-de-France en se développant dans les domaines de l’impression numérique et de la maîtrise de l’Offset UV.

Cette visite nous a permis de comprendre l’ensemble des étapes qui suivent la création d’un document tel qu’un flyer ou une affiche.

Quelles sont ces étapes ?
Suite à l’envoie de notre document à l’imprimerie, celui-ci est vérifié, envoyé en impression, découpé et plié si besoin.

Concernant l’impression, SharePrint possède 2 types de presse :

  • Une presse numérique
  • Une presse Offset UV

La presse numérique, imprime en RVB (Rouge, Vert et Bleu). Elle donne un meilleur rendu en comparaison à l’impression en CMJN (Cyan, Magenta, Jaune et Noir). Lorsque que l’on regarde à la loupe, une multitude de points de couleur apparaît.

 

Exemples d’impressions réalisables avec une presse numérique

La presse numérique a la capacité d’imprimer des feuilles de format A3 en recto-verso. Elle peut également imprimer des documents grands formats allant jusqu’à 1m50 par 2m et permet aujourd’hui d’imprimer des PLV (Publicité sur le Lieu de Vente) pour les entreprises. Ce type d’impression a un coût unique par feuille et n’est pas fait pour une impression en grande quantité.

 

 

 

 

Photo de presse Offset

Presse Offset

La presse Offset UV est capable de presser 6 couleurs (CMJN + Blanc + Vernis).
Pourquoi le blanc ? Pour un matériau transparent par exemple, une sous-couche blanche est nécessaire pour que l’impression ressorte. Cette presse est capable d’imprimer avec des encres spéciales UV qui résistent à la lumière du soleil et sur des supports synthétiques tels que le PVC. La machine contient un système de séchage qui permet un emploi dès la sortie de la machine.  Son coût est dégressif, plus elle imprime, plus le coût de chaque feuille diminue.

 

 

Nous avons découvert une technique d’impression : la vitrophanie. Elle permet d’imprimer des 2 cotés un film transparent pouvant coller sur une vitre à l’intérieur. Ce système sert, par exemple, pour les affiches sur les vitrines des commerces. Cette technique évite les graffitis, griffures et autres dégradations.

 

Autre point que nous avons vu, le pliage des livres, fascicules et petites brochures. Il y a 2 techniques, le « dos carré collé » et la « piqûre à cheval ». Le dos carré collé, comme son nom l’indique permet un aspect carré au dos, des angles nets et précis, grâce à une technique de découpe et de collage des pages qui s’appelle le grécage.
La piqûre à cheval, quant à elle, est une technique qui consiste à piquer à l’aide d’agrafes au centre du document puis de couper le contour du feuillet. La piqûre à cheval se fait avec un faible nombre de pages sinon le livre ne se ferme pas correctement. Par exemple en taille A5 nous ne pouvons avoir qu’un maximum de 32 pages. Au-delà, il est nécessaire d’utiliser le dos carré, mais cette technique a un coût plus élevé.

 

Photo de la technique du grécage

Exemple de grécable réalisé sur un paquet de feuilles afin de réaliser la technique du dos carré.

 

De nos jours, de nombreuses techniques sont employées pour rendre un produit le plus attractif possible. Nous avons eu l’occasion d’en observer quelques-unes comme le vernis 3D relief, esthétique et intéressant au toucher, avec option braille.

 

Plaquette expliquant les trois types d’impressions de l’Or

L’imprimerie propose également 3 techniques d’impressions d’or : impression sur presse numérique ou presse Offset grâce à 2 pantones de couleur dorée ou argentée et pour terminer le marquage à chaud. Ce dernier, sûrement le plus esthétique de tous, s’effectue avec un film très fin déposé à chaud sur l’imprimé à l’aide d’un cliché spécialement fabriqué en laiton ou en cuivre selon le besoin.

 

 

 

 

Les professionnels que nous avons rencontrés aujourd’hui seront ceux avec qui nous travailleront demain. Lorsque nous voudrons réaliser un support de communication pour un événement ou une campagne, c’est à eux que nous devrons nous adresser. Ce fût donc l’occasion de nous préparer à entrer sur le marché de l’emploi.

Merci à SharePrint pour cette visite !

 

Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année sont pour les villes du Grand Est des événements majeurs. Au-delà de la volonté de fêter Saint-Nicolas et Noël, ces fêtes sont de véritables enjeux marketing pour les différentes villes de la région.

Rappelons que le marketing territorial est une démarche de valorisation qui met en avant les qualités d’un territoire et l’efficacité de ses services. C’est aussi une ambition de promotion afin d’accroître l’attractivité du territoire. Le marketing territorial se fonde sur un ensemble de représentations et de valeurs qui constituent un territoire. Ainsi le territoire se vend comme un produit de consommation.

Saint-Nicolas fait figure de Star !

Saint-Nicolas fait figure de Star !
La grande roue érigée place Carnot mesure 33 mètres de haut.

Ce samedi 2 décembre, à partir de 18h, à Nancy, le grand défilé des chars de la Saint-Nicolas,  autour du thème du Grand Festin, prendra son départ place Carnot, pour rejoindre la place Stanislas. Saint-Nicolas y sera accueilli par le Maire de Nancy, Laurent Hénart, qui lui remettra les clés de la ville sur le balcon de l’Hôtel de Ville. La soirée se poursuivra avec une Saint-Nicolas Night Fever, des concerts à retrouver dans des lieux culturels et des bars ou encore des nocturnes dans les villages de Saint-Nicolas. Plus de 100.000 spectateurs sont attendus.

Depuis le 24 novembre, et jusqu’au 7 janvier 2018, Nancy propose un son et lumière quotidien sur la façade de l’hôtel de Ville, place Stanislas. Pendant 8 minutes, Saint-Nicolas et les différents personnages de la légende sont mis en lumière.
– du dimanche au jeudi : 18h15 et 19h15.
– vendredis et samedis : 18h15, 19h15 et 20h15.

L’esprit de la Saint-Nicolas plane sur Nancy

D’une place à l’autre de Nancy, Saint-Nicolas est fêté. C’est ainsi que la place Stanislas devient la place Saint-Nicolas, l’Arc Héré, la grotte du Père Fouettard et la place de la Carrière, le village de la Marmaille. Le quartier Vaudémont s’imprègne également de la légende de Saint-Nicolas et devient le quartier des bouchers. Le grand village de Saint-Nicolas s’est installé de la place Charles III à la place de la Carrière, en passant par la place des Bourgets, la place Vaudémont et la Porte de la Craffe.  Au total soixante-cinq chalets sont installés au quatre coins de la ville et  remplis d’idées cadeaux et de produits à déguster.

A ne pas manquer, la grande roue de 33 mètres de haut, place de la Carrière. Entièrement blanche, elle se marie parfaitement avec les fêtes de fin d’année et l’apparition récente de la neige. Elle reflète parfaitement la dimension accordée à la fête de Saint-Nicolas. Enfin, place Thiers, petits et grands peuvent s’essayer aux patins à glace sur une patinoire de 400m2, spécialement mise en place pour l’occasion.

Les commerçants de la ville de Nancy, réunis au sein de l’association « les Vitrines de Nancy », sont acteurs de cet évènement. En effet, pendant cette période féérique, ils mettent l’accent sur la décoration de leurs magasins et organisent le concours de la plus belle vitrine.

La Belgique, pays invité d’honneur, célèbre également la Saint-Nicolas ainsi que le jumelage qui unit Liège et Nancy, depuis 23 ans. Pour ce faire, elle propose différentes animations, dont un stand de spécialités culinaires telles que la traditionnelle gaufre de Liège.

Saint-Nicolas en musique

Les projets se sont multipliés autour des festivités de la Saint-Nicolas. Plus spécialement celui d’Eddy la Gooyatsh, auteur-compositeur-interprète nancéien. En partenariat avec des artistes bénévoles et la ville de Nancy, il a sorti un album intitulé « Mon bon Saint-Nicolas », où il réinterprète des chansons traditionnelles façon « folk pop » et révèle une de ses compositions. L’artiste sera en concert, avec tous ses musiciens, dimanche 3 décembre à 11h à la Salle Poirel à Nancy. En échange de ce CD, les dons récoltés seront reversés à des associations telles que Emmaüs, ATD Quart Monde, les Restos du Coeur, le Secours Populaire ou la Croix Rouge.