Quand le Conseil Départemental des Vosges fait rimer information et communication

En tant qu’institution présente dans le quotidien de tous les Français, le Conseil Départemental met en œuvre une stratégie de communication pour informer les citoyens, créer de la proximité, améliorer l’attractivité du territoire et son image. Le Conseil Départemental des Vosges en est le parfait exemple.

Le Conseil Départemental : une institution publique bien établie

Avant de plonger au cœur de l’action du département, qui fait voir la vie en Vosges, il est nécessaire de faire un bref historique de l’institution. En décembre 1789, après la Révolution française, la loi du 10 août 1871 soumet la constitution d’une assemblée de 38 membres élus. Il s’agit de la genèse du conseil des élus départementaux. L’année suivante, le projet Cassini va donner naissance aux départements et à leurs délimitations. Ensuite, en 1800, le conseil d’élus du département va prendre le nom qu’on lui a connu jusqu’en 2015 : le Conseil général. Il faut savoir qu’avant la loi de décentralisation en mars 1982, le président du département n’avait aucun pouvoir exécutif. Depuis la loi de 1982 , les élus exercent de nouvelles responsabilités. En 2015le terme de « Conseil Départemental » est instauré avec l’introduction du scrutin binominal. À l’issue des élections de cette même année, le Conseil Départemental est constitué de 50% d’élues grâce à la loi sur la parité de2000.

Le Conseil Départemental est considéré aux yeux de la loi comme une collectivité territoriale. Ce statut lui donne donc la disposition d’un pouvoir réglementaire afin de mener à bien ses missions.

Une instance publique d’action au cœur des Vosges

Le Conseil Départemental des Vosges possède, au même titre que les autres Conseils Départementaux, plusieurs domaines d’action. Le principal domaine relève du social. Le département prend à sa charge différents outils pour améliorer le quotidien des jeunes, notamment avec l’installation des centres de planifications et d’éducation familiale. Il aide également les familles, les seniors et les personnes handicapées. D’autres missions sont attribuées au département : l’économie, le développement du territoire, la culture, l’environnement, le sport, et plus communément la gestion des routes départementales, le maintien des infrastructures des collèges…

Dans le cadre des missions du le département, le Président, les élus du Conseil Départemental des Vosges et les agents mettent en œuvre différents dispositifs financiers et techniques dans le but d’améliorer le territoire et de le rendre plus attractif. Pour valoriser ces opérations, un volet communication est primordial.

Communiquer par tous les moyens

Mettre en valeur ces actions quotidiennes dans un contexte de désintérêt des citoyens pour les politiques locales, c’est un défi colossal pour le département. Ainsi, le Conseil Départemental des Vosges communique de manière récurrente et multiplie les différents canaux de communication pour espérer renforcer le lien avec les habitants.  

Cela s’observe d’abord par la présence d’un service communication conséquent qui réunit un webmestre , un community manager, une directrice et une chargée de communication ainsi qu’un graphiste, complété par un service marketing et d’un service presse. Cette pluralité de services montre le désir du département des Vosges d’être un acteur fort  de la communication du territoire.

En outre, le département ne lésine pas sur la communication digitale. Le département est très présent sur les réseaux sociaux avec plusieurs pages comme « Je vois la Vie en Vosges », « Je vois la vie en Vosges Terroir », « Vosges Mag », « Sortir Vosges » ou encore « Bike Vosges ». On peut également remarquer que les élus communiquent sur les réseaux sociaux. C’est le cas notamment du président de Département François Vannson. Il est présent sur Facebook et met à jour son actualité régulièrement.  Il en va de même pour le site internet du département. Ce dernier suit une charte graphique précise et mets à portée de clics toutes les missions ainsi que les dispositifs du département. Le site est mets en avant toutes les actions effectuées, les services proposés au public, les élus…

Le département des Vosges a désormais une marque territoriale estampillée « Je Vois la vie en Vosges ». Lancée en 2009, « Je Vois la Vie en Vosges » est une marque ombrelle impulsée par le Conseil Départemental des Vosges. Elle permet d’exprimer la personnalité du territoire tout en renforçant son attractivité. En effet, elle s’appuie sur les valeurs suivantes : « vitaminées, virtuoses, authentiques, volontaires, visionnaires et généreuse ». La volonté de cette marque est dévaloriser les savoir-faire et les ambitions des hommes et des femmes qui habitent dans le département. La signature de la marque « ensemble vendre les Vosges comme un territoire stimulant, ouvert et attractif » présente sur le site illustre de manière concise les objectifs qui animent l’existence de cette marque territoriale. En effet, « Je Vois la Vie en Vosges » ne passe pas seulement par la vente de différents goodies (papeterie, alimentaire, vêtements, objets griffés tels que skateboard…). Elle est mise à disposition des entreprises, des organismes publics et des associations pour promouvoir le rayonnement de leurs activités à l’échelle régionale, nationale et internationale.

Aperçu de la nouvelle gamme produit Je Vois la Vie en Vosges en collaboration avec Clairefontaine. Source : site shopify de Je Vois la Vie en Vosges

Le service presse est chargé de valoriser dans les médias l’ensemble des actions du territoire. Ce dernier est en charge des missions presse dites « classiques » : les événements presse, la rédaction de dossier de presse, l’entretien des relations avec les journalistes… Mais, le service presse a également à sa charge la rédaction d’articles pour Vosges Mag version numérique, la source d’information départementale.

Informer pour mieux communiquer en direction des habitants, l’exemple de Vosges Mag

Vosges Mag a vu le jour en 2012 à la demande du président actuel François Vannson. Cette création est impulsée dans un but simple : mieux informer les Vosgiens sur les actions menées par le département. L’éditorialisation du média départemental est conçue en 2015. Puis trois ans plus tard, la page Facebook dédiée à Vosges Mag est lancée. Cette dernière a pour rôle de promouvoir le média en lui-même et d’élargir son lectorat.

Aujourd’hui, le service presse du Conseil Départemental des Vosges est chargé de la rédaction de Vosges Mag version numérique autrement dit, du webzine Vosges Mag. Cependant, il arrive que des agents d’autres services écrivent pour le média. Et chacun s’adapte à l’actualité et aux nouveaux moyens pour respecter la ligne directrice du média.

Distribué chaque trimestre dans toutes les boites aux lettres vosgiennes, Vosges Mag est aujourd’hui un média territorial papier et numérique. Chaque support a son propre chef de rédaction Pour ce qui concerne la version numérique, un site à part entière est consacré à l’actualité vosgienne et une banderole d’actualité est mise en avant sur le site du département Vosges.fr.

Couverture du dernier numéro de juin de Vosges Mag papier. Source : Vosgesmag.fr

La principale raison qui a motivé la création d’un média tel que Vosges Mag est la nécessité de promouvoir les actions menées sur le territoire vosgien. Mais pas seulement. Il était aussi primordial de mettre en avant et de faire connaître le territoire, tout en montrant aux citoyens que le département reste actif dans l’amélioration de l’attractivité du territoire. Ainsi, les thèmes employés pour les articles de Vosges Mag s’appuient essentiellement sur les compétences du département. Par exemple, la rédaction met en avant la compétence sociale avec les aides aux personnes âgées, handicapées, aux jeunes, aux enfants et aux familles. Les articles traitent aussi de l’actualité de la collectivité : les visites ministérielles, la couverture d’un événement sportif ou associatif, les élections… Néanmoins, le Conseil Départemental des Vosges se heurte à un problème depuis plusieurs années. Ses actions ont une faible présence dans les médias locaux vosgiens. Cette absence dans les médias a aussi motivé la création du média Vosges Mag.

La rédaction de Vosges Mag vise principalement l’information des citoyens, mais aussi sur le fait de mettre en avant le territoire, ses personnalités fortes et ses atouts. Il n’est pas rare de pouvoir lire sur Vosges Mag des portraits de Vosgiens qui œuvrent pour le territoire. Que ce soient des artisans, des associations, des commerçants, des jeunes avec un passé tumultueux, la rédaction de Vosges Magt s’intéresse à une pluralité de profils pour représenter la diversité des parcours des habitants. Ainsi, l’une des ambitions de Vosges Mag est de promouvoir les acteurs du département, leurs réussites et leurs histoires. On voit le désir de mettre davantage en lumière les citoyens par rapport aux élus. En effet, le citoyen prend une grande place lors de la rédaction du contenu de Vosges Mag. Il faut que le contenu présenté soit politiquement neutre, afin qu’ils se fassent leur propre opinion. Aucune opinion sur les dispositifs en place n’est diffusée à travers les articles de Vosges Mag.

Pour assurer les différents objectifs fixés, Vosges Mag utilise plusieurs canaux d’informations dans l’objectif d’atteindre des cibles variées et de multiplier ses actions.

Vosges Mag : l’intérêt d’une communication multisupports

Vosges Mag est un journal papier et numérique. Le journal papier est distribué gratuitement tous les trois mois dans l’ensemble des boîtes aux lettres vosgiennes. C’est le moyen qui atteint théoriquement le plus de personne. 

Précisons qu’une application Vosges Mag développée en interne, est aussi disponible sur l’App Store et le Google Play Store. Elle permet d’avoir l’actualité toujours sur soi et de recevoir des alertes lorsqu’un nouvel article est publié. En complément de ce qui est disponible sur le site de Vosges Mag, l’application donne la météo, renvoie vers les offres d’emploi du Conseil Départemental, les autres applications du Conseil Départemental comme Bike Vosges… Il est aussi possible de sauvegarder les articles préférés avec le bouton « Favoris ». C’est un avantage pour la visibilité du média puisque le site ne permet pas de notifier directement lorsque des nouveautés sont en ligne. D’autant plus qu’une application réservée uniquement à la consultation de l’actualité est vue comme plus pratique par les utilisateurs favorables au numérique.

La page Facebook Vosges Mag a cumulé plus de 8 400 fanssur les deux dernières années.. Cette page Facebook sert à promouvoir les articles postés sur le site Vosges Mag. Du contenu exclusif est aussi posté sur cette page comme le « chiffre du jour ». Ce type de post consiste à communiquer sur un chiffre, accompagné d’une photo en arrière-plan et d’une courte explication sur son choix.

Exemple de “Chiffre du Jour”, Vosges Mag, 18 février 2021

En parallèle de ces supports de communication, Vosges Mag utilise d’autres supports afin de se réinventer et d’offrir un autre angle d’information.

La rédaction réalise régulièrement des vidéos prenant différentes formes. Souvent courtes, elles complètent les articles. Certaines vidéos proposent des reportages complets avec des sous-titres explicatifs ou ce sont des vidéos avec un montage de différentes images/photographies et du texte. On peut retrouver également sur Vosges Mag, des reportages photos avec des descriptions courtes ou des podcasts-vidéos avec seulement une image et un son.

Ainsi, on peut constater que Vosges Mag axe sa stratégie sur l’importance de l’image qu’elle soit filmée ou photographiée. Bien que le texte soit tout aussi important, l’image prend une place particulière dans le contenu créé par Vosges Mag. Par exemple, une rubrique de post Facebook nommé « La photo du dimanche » permet de mettre en avant une photographie. Il est clair la rédaction de Vosges Mag fait de l’image un support-clé pour promouvoir le département.

Par cette mise en abyme du média qu’est Vosges Mag, on se rend davantage compte de l’importance que représente la communication pour le département des Vosges. Tous les moyens sont utilisés pour permettre de tendre vers un objectif commun à toutes les institutions : fédérer les citoyens autour de leur territoire.

Sarah Courtois

Le projet tutoré long avance en LP CP&ON

Pilier fondamental de notre formation, le projet tutoré long est cette année représenté par un commanditaire que vous connaissez tous : la Métropole du Grand Nancy.

Depuis plusieurs mois a été lancé notre projet tutoré long. Uniquement effectué par les étudiants en formation initiale, le projet tutoré dure toute l’année scolaire. Cette année, notre commanditaire est la Métropole du Grand Nancy. En quelques mots, notre mission s’inscrit dans le cadre du Nouveau Projet de Renouvellement Urbain du Plateau de Haye à Laxou, Maxéville et Nancy. Les enjeux sont de développer « la nature en ville » du fait de la proximité de la forêt de Haye et la mixité sociale, de renforcer les liens entre le site et les quartiers voisins, mais aussi l’accès aux services, aux équipements et aux commerces. Cette Maison des projets est un lieu pour présenter l’histoire du quartier, mettre en lumière sa rénovation, et échanger avec les citoyens pour améliorer leur cadre de vie.

En vue de la réouverture de la Maison des projets du quartier, nous avons pu proposer différentes idées pour son inauguration, mais également pour l’animer. Après avoir réalisé un plan de communication, nous avons pu montrer des maquettes de documents prints ou proposer des animations pour le jour de la réouverture. 

Des missions polyvalentes

Après avoir contribué à l’inauguration de la réouverture de la Maison des Projets, plusieurs missions seront à coordonner. Dès la réouverture, il sera demandé d’assurer un accueil régulier du public dans la Maison des projets où une exposition est en libre accès. Elle porte sur l’histoire du site et son évolution urbaine. Des animations devront être proposées de manière à satisfaire tous les publics et les impliquer dans le projet du Plateau de Haye. La communication et la promotion accompagneront la vie de la Maison des projets. Objectif : créer une interaction entre les acteurs du projet, les associations locales et les habitants du territoire.

Ces actions permettront aux habitants d’être mieux informés du projet, d’en avoir une meilleure compréhension et de participer à sa construction pour transformer durablement l’image de leur quartier.

Rendez-vous dans quelques semaines pour suivre l’avancée de nos missions !

Le Crazy Charly Day édition 2020

Lancement du Crazy Charly Day H-14

Ce jeudi 13 février 2020 à l’IUT Charlemagne, neuvième édition du Crazy Charly Day. Début des hostilités à 8h30, rendez-vous dans les deux amphithéâtres pour découvrir quel sera le sujet à traiter cette année. Les élèves sont en place, aux aguets. Les enseignants se préparent et trépignent à l’idée de dévoiler le sujet à près de 400 étudiants regroupés en 60 groupes différents. La tension se fait ressentir voilà la diapositive qui se lance ; le sujet est là. Cette année, le commanditaire est la Grande Épicerie Générale de Nancy une coopérative locale située dans la métropole du Grand Nancy.

À ce jour, cette coopérative compte 100 adhérents et se trouve au 61 rue Saint-Nicolas à Nancy. Afin de doubler sa surface de vente, la coopérative souhaite déménager dans des locaux plus spacieux. Le statut de supermarché coopératif permet aux adhérents d’acquérir une part de celui-ci pour la somme de 100€/an, ils deviennent donc en partie propriétaires du supermarché et sont sollicités pour toute prise de décision. Il leur est demandé de travailler dans le supermarché chaque mois en moyenne 3 heures. La grande épicerie générale de Nancy propose un point de vente aux producteurs locaux avec un mode de rémunération à prix juste et favorise le partenariat avec des associations solidaires et écologiques.

Pour cet événement, chaque département de l’IUT possède un projet spécifique en fonction de leurs compétences. Pour le département Information et Communication, leur mission est de créer un événement qui attirera de nouveaux producteurs pour élargir leur gamme de produits en magasin. Cet événement devait être accompagné d’une campagne de communication print suivant une stratégie de communication préparée avec soin par chaque groupe. Pour annoncer cet événement, les étudiants devaient créer un site vitrine et justifier son utilisation. Avec ce site, il était imposé de proposer une carte interactive regroupant l’ensemble des producteurs partenaires de la Grand Épicerie. Tout ce travail à fournir en seulement 14h, pas de temps à perdre le Crazy Charly Day est lancé !

Un projet et quatorze heures de bonne humeur

Jeudi matin, 10h00, les groupes ont découvert le sujet. Les idées fusent, les cerveaux chauffent, les brainstormings sont de sortie et les équipes partent le vent en poupe. Plusieurs ambiances dans les salles réservées à cet effet, des groupes créent des Mind maps sur les tableaux des salles de cours, d’autres étudiants analysent l’existant et étudient les documents donnés pour le projet. Le matin est principalement dédié à la réflexion, au menu création d’une stratégie de communication, analyse de la charte graphique, positionnement et sans oublier la classique matrice SWOT. Finalité de cette matinée, une idée d’événement solide répondant au besoin de la coopérative et distribution des tâches pour l’après-midi qui s’annonce chargée et intense.

12h00, les étudiants font une pause pour déjeuner et faire fleurir de potentiels idées sur la réflexion de la matinée. Après tout, un bon repas n’a jamais fait de mal à personne.

13h00, les groupes sont reformés, les estomacs sont remplis et les batteries à bloc ! Et ça tombe bien, car il va en falloir de l’énergie pour le travail de création de ce jeudi après-midi. Des représentants de la Grande Épicerie Générale passent dans les différents groupes pour répondre aux différentes questions et aiguiller certaines âmes en perdition. Les différents professeurs responsables des départements sont aussi là pour aider et motiver les équipes dans ce défi.

16h00, nous sommes à la moitié de ce Crazy Charly Day édition 2020, les sites internet prennent forme, les affiches commencent à faire leur apparition et des groupes se voient déjà en retard et commencent à stresser. D’autres équipes prônent une ambiance plus détendue et se congratulent déjà du travail fournit et de l’avancée de leur travail.

19h00, les esprits fatiguent, les estomacs sont vides et les pizzas payées par l’IUT arrivent à point nommé. Au choix, Flammekueche, 4 fromages ou Reine, une pizza au choix pour tous les goûts. Boissons à volontées dans des éco-cups de l’IUT et fruits frais pour les vitamines et donner un coup de fouet d’énergie pour le sprint final vers le rendu de 23h00.

Pause pizza pour les étudiants H-4

21h00, plus que 2h de travail avant le rendu final ! Place à la rédaction des documents et aux réglages de dernières minutes. Le temps semble s’accélérer et l’IUT est une vraie fourmilière « Tous nos supports print et web sont finalisés ! On est très content de notre travail et le dossier est en cours de rédaction. L’entente dans notre groupe a réellement été un point fort et nous a permis de respecter les deadlines. Une expérience au top ! » Nous confie Louis un étudiant en Création Publicitaire.

23h00, la plateforme de rendu des travaux réceptionne toutes les créations des équipes. Les groupes se félicitent alors du travail fourni en applaudissant et en chantant dans les couloirs ! Beaucoup d’étudiants restent pour échanger sur leurs travaux respectifs et ainsi découvrir les idées de leurs rivaux. En majorité, les étudiants semblent ravis de cette expérience et sont déjà impatients de revenir demain pour connaître les résultats.

Un debriefing bien mérité

Vendredi matin 12h30, rendez-vous dans les amphithéâtres de l’IUT pour la remise des prix. Les groupes ayant tous préparés une courte présentation de leurs travaux, les voilà tous réunis. La tension monte, le directeur de l’IUT Monsieur Cruz-Lara remercie les partenaires de cet évènement ainsi que tous les étudiants ayant participé à cette journée. Mais seul quelques-uns auront le privilège de présenter leurs travaux devant les autres. Les nominés sont affichés, l’ambiance monte, les étudiants font entendre leur voix, ils tapent des pieds et des mains. Pour chaque départements entre deux et quatre groupes sortent vainqueurs de cette journée de travail intense.

Pour le département Information et Communication, la victoire est revenue à deux groupes qui n’ont pas réussi à être départagé. Le premier vainqueur est le groupe Com’unik avec leur événement GRAAL, une auberge espagnole pour producteurs locaux. Le second groupe vainqueur se nomme Les Five avec leur événement la Récré Locale, un après-midi ludique accompagné d’un repas conviviale.

Groupe Com’unik vainqueur du défi Infocom

Un grand bravo à toutes les équipes qui ont participé à cette édition du Crazy Charly Day. Un grand merci aussi à tous les organisateurs et partenaires de cet événement et tout particulièrement à la Grande Épicerie Générale de Nancy !

Gaultier JEANNE