La Saint-Nicolas

Logo Saint-Nicolas
Nancy.fr

Saint Nicolas, patron protecteur des enfants et de la Lorraine, est fêté tous les 6 décembre, surtout dans l’Est de la France et dans le Nord ainsi que dans quelques pays d’Europe. À Nancy, les fêtes de Saint Nicolas durent 40 jours : villages de Saint Nicolas, animations, manèges et grandes roues, illuminations et féeries commencent à la fin du mois de novembre dans une bonne odeur de vin chaud et de pain d’épices, pour s’achever début Janvier. Un grand défilé dans les rues du centre-ville est programmé le week-end le plus proche du 6 décembre. C’est une fête traditionnelle et populaire.

Une légende racontée aux enfants depuis des générations :

La légende de Saint-Nicolas qui prévaut en Lorraine est celle de trois petits enfants « qui s’en allaient glaner aux champs ».

Image Saint-Nicolas
Saint-Nicolas

Perdus et effrayés, ils cherchent refuge chez un boucher qui les accueille pour mieux les tuer et les mettre au saloir. Sept ans plus tard, Saint-Nicolas sur son âne vient à passer. Il s’arrête chez le boucher et refusant les mets proposés, demande ce qui se trouve dans le saloir. Le boucher effrayé s’enfuit tandis que Saint-Nicolas, dans un geste de bénédiction, ressuscite les trois enfants. Le premier dit : « j’ai bien dormi », le second dit : « moi aussi », le troisième : « je me croyais au paradis».

Un atout pour faire connaître Nancy et sa région !

La Ville de Nancy, la métropole et la Région Lorraine, en ont fait leur fer de lance pour leur communication culturelle et touristique. L’imagination et les moyens ne manquent pas pour attirer un public toujours plus nombreux chaque année.

Une offre événementielle sans égal !

Photo du Char de Saint Nicolas
Char de Saint Nicolas

Avec plus de 160 événements programmés durant cette période festive, la Ville de Nancy souhaite satisfaire la curiosité et l’émerveillement de tous. Des concerts, du théâtre, des visites, des animations, des spectacles, des contes et des ateliers animeront le quotidien des visiteurs.

D’abord, le concept de Village de Saint-Nicolas, avec son artisanat, ses expositions d’Arts, son commerce de bouche, sa patinoire, ses artistes, donne un sentiment de magie aux habitants de la ville et aux touristes pendant près de 6 semaines.

Autre événement incontournable: le spectacle “Les Rendez-vous de Saint-Nicolas” projeté sur les façades de la place Stanislas. L’histoire de ce conte en son et lumière tous les soirs est gratuit.

Un ouvrage, paru le 4 septembre 2019,”Une année avec Saint-Nicolas, les coulisses des Fêtes de Saint-Nicolas” nous raconte l’envers du décor

Couverture du Livre Saint Nicolas
Une année avec Saint Nicolas (photo de la couverture du livre)

Résumé: “Les Fêtes de Saint-Nicolas à Nancy ce sont un mois et demi de festivités, 300 000 participants dont plus de 100 000 pour le seul défilé, 20 communes impliquées, plus de 600 artistes et des centaines de personnes : commerçants, membres d’associations, porteurs de projets culturels, bénévoles et employés des villes alentour mobilisés pratiquement toute l’année. Peu connus, voire anonymes, qui sont ces passionnés qui travaillent, mangent et dorment Saint-Nicolas ? Pour le savoir, nous sommes allés les rencontrer. Et nous allons vous les présenter en reprenant simplement leurs mots, en montrant leurs visages et leurs réalisations”.

Une de ses auteures, Mme Lylette Lacôte-Gabrysiak, travaillant également à l’Université de Lorraine nous accorde un entretien:

– Pouvez-vous vous présenter? Votre métier, votre cursus universitaire. Quel est votre  attachement à Nancy ou à la Lorraine?

Lylette Lacôte-Gabrysiak: Je suis maître de conférences en Information et Communication à l’Université de Lorraine. Je suis née et ai toujours vécu à Nancy.

– Vous venez de publier un livre: “Une année avec Saint-Nicolas, les coulisses des Fêtes de Saint-Nicolas”. Pouvez-vous nous le décrire ? Pourquoi l’avoir écrit ? Des motivations particulières ou personnelles?

L.L-G: Cet ouvrage s’inscrit dans un contrat de recherche entre la ville de Nancy et le laboratoire de recherche auquel j’appartiens: le CREM (Centre de Recherche sur les Médiations). Nous travaillons sur ce projet avec 2 collègues du même laboratoire depuis 2016. Nous avons souhaité, en plus d’un rapport de recherche, produire un ouvrage grand public qui permette à tous de découvrir qui sont les acteurs de la SN.

– Les Fêtes de Saint-Nicolas à Nancy constituent, un patrimoine culturel et immatériel reconnu en France depuis le 23 novembre 2018.  Comment se déroule un dépôt de candidature pour l’obtention d’un label auprès de l’Unesco? Quelles sont les modalités d’inscription?

Logo Patrimoine Culturel Immatériel en France
Logo Patrimoine Culturel Immatériel en France

L.L-G: Objectif UNESCO ! La Ville de Nancy souhaite inscrire les Fêtes de Saint-Nicolas de Nancy au Patrimoine Culturel et Immatériel de l’Unesco. Première étape de reconnaissance des fêtes franchie : l’inscription à l’inventaire français du Patrimoine Culturel Immatériel est validée depuis le 23 novembre 2018. Pour une telle reconnaissance, les critères pris en compte sont nombreux. L’importance du patrimoine dans l’identité et la culture locale est requise, mais les aspects de transmission et d’inclusion sont également essentiels. Il est attendu des pratiques qu’elles émanent des populations et se réinventent pour mieux perdurer. Toutefois, moins visibles médiatiquement mais essentielles pour les populations concernées, ces classements nationaux et internationaux s’accompagnent de mesures de protection de l’esprit des pratiques festives et de leurs conditions de réalisation. Il s’agit ainsi pour les fêtes de Saint-Nicolas à Nancy de préserver ce qui a su les distinguer : une pluralité de pratiques, connaissances, représentations et savoir-faire, portée par des communautés variées (les communes et comités des fêtes de la métropole, les bénévoles, les services de la Ville de Nancy, les commerçants, les acteurs culturels…) réunies autour de la figure de Saint-Nicolas, réinventée chaque année.

– Qu’est ce que cette labellisation à l’Unesco apporterait à la ville de Nancy ? Pourquoi est-ce important de valoriser le patrimoine culturel et immatériel ?

Logo Unesco
Logo Unesco

L.L-G: Une reconnaissance et un fort impact touristique. Le dossier de candidature va être déposé à l’Unesco par la France en 2021. Ce label protégerait les fêtes de Saint-Nicolas. Avec ce label, il est en effet impossible de changer fondamentalement les choses. Cela permettrait de conserver précieusement le ressort de la labellisation: le défilé, l’esprit de cette grande fête des enfants et des familles, l’implication de tous les acteurs, à commencer par ses habitants.La reconnaissance de l’Unesco, sera un levier précieux pour le tourisme extra-européen. Une partie des festivités se déroule sur la place Stanislas, déjà inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1983.À Nancy, après la reconnaissance par le Ministère de la culture, une perspective internationale se dessine avec le projet d’une candidature internationale des fêtes de Saint-Nicolas à l’Unesco. Espoirs et interrogations entourent ce projet car si les labellisations patrimoniales œuvrent à la préservation, elles offrent aussi une visibilité accrue pouvant s’accompagner de dérives. Il n’y a en effet pas une, mais des Saint-Nicolas qui, toutes ensemble, contribuent à faire des Fêtes de Saint-Nicolas ce qu’elles sont aujourd’hui. La Saint-Nicolas religieuse, minoritaire à présent, la Saint-Nicolas familiale, celle des écoliers, la Saint-Nicolas qui se développe autour des nouvelles manifestations mises en place et auxquelles adhèrent les populations séduites par cette offre culturelle qui se déploie dans la ville. Enfin, la Saint-Nicolas touristique qui donne l’image d’une spécificité remarquable, capable d’attirer des visiteurs venus d’ailleurs, objet de fierté pour ceux qui la font et la vivent depuis toujours à la condition bien sûr que ce développement et cette mise en lumière ne nuisent pas à cette tradition à la fois séculaire et vivace.

Je tiens à remercier Mme Lylette Lacôte-Gabrysiak pour sa contribution à cet article ainsi que pour son travail de mise en valeur des Fêtes de Saint-Nicolas.

Photo Saint Nicolas
Photo Saint Nicolas
Photo Saint Nicolas
Photo Saint Nicolas


Rencontre avec Matthieu Burgaud, ancien étudiant en Licence Pro. Communication

Matthieu, 30 ans, étudiant de la licence professionnelle ATC TIC en 2012-2013 (équivalent de la LP CP&ON aujourd’hui) nous a raconté son parcours scolaire et professionnel. Il a travaillé dans des domaines et entreprises variées et a intégré récemment une association de développement de l’agriculture bio. Il a accepté de nous rencontrer à l’IUT.

 

 

Quel a été ton parcours avant la licence pro ?

Après mon bac, j’ai fait un DUT publicité à l’IUT Charlemagne. Après je suis parti en fac de lettre faire une licence en communication, puis j’ai travaillé 2 ans et je suis revenu faire une licence professionnelle en Communication option outils numériques (LP ATC TIC) à l’IUT Charlemagne en 2012-2013. [NB. A cette période il existait 2 options pour cette licence, la première communication des institutions et la deuxième outils numériques]

 

Pourquoi es-tu revenu faire une licence professionnelle après avoir travaillé 2 ans ?

J’ai travaillé dans une agence web au départ, j’étais au support technique, et je trouvais que le web c’était vraiment intéressant mais je n’avais pas un bagage suffisant, je n’avais pas assez de connaissances. L’année d’après, je me suis formé au CNAM, mais je voulais un vrai diplôme mieux reconnu.

 

As-tu trouvé facilement ton premier travail après la fac ?

J’avais un contact en licence professionnelle à l’IUT Charlemagne qui m’a informé d’une offre d’emploi dans l’entreprise où elle effectuait son stage. Cette personne ne souhaitait pas rester, du coup j’ai postulé, et c’est comme ça que j’ai trouvé mon premier job.

 

Et après la licence professionnelle ?

Juste après la licence professionnelle j’ai trouvé un premier CDD de 4 mois à Lunéville qui s’est prolongé un petit peu.

Tu as donc à chaque fois trouvé rapidement un emploi ?

Oui, j’avais de l’expérience, c’est ce qui m’a aidé, je n’ai pas du tout galéré a trouvé un emploi, parce que j’avais un profil très large, à la fois le web, la communication, la publicité, et la maitrise des logiciels Photoshop et Indesign.