Conférence Cap’Com « Le crowdsourcing peut-il contribuer à produire de l’image ? »

L’édition 2014 de Cap’Com, rassemblant les communicants de la fonction publique, avait lieu à Nancy et Metz. Une aubaine pour nous ! Certains étudiants ont eu le privilège d’assister à 6 débats ou conférences. Voici la synthèse de ce que chaque étudiant en a retenu. 

Le thème de la conférence donnée le mercredi 10 décembre 2014 était « Le crowdsourcing peut-il contribuer à produire de l’image ? » Quatre personnes ont pu nous éclairer sur cette question : Benjamin Teitgen, Adjoint au directeur de la communication et responsable de la communication numérique de la ville de Besançon, Nolwenn Kieffer, Directrice conseil de l’agence Phileas, Pierre Bergmiller, Responsable de la communication de la Communauté urbaine de Strasbourg ainsi que Vincent Aubrée, Directeur de la communication et du marketing au sein de la SPL « Destination Rennes ».

Tout d’abord, un intervenant a défini le Crowdsourcing comme la possibilité de créer des collaborations participatives à partir de l’image. On y a principalement recours pour deux raisons:

– la raréfaction du budget

– le développement des outils qui nous permet de prendre des photos/vidéos

Les contenus sont ainsi produits par les citoyens. Le Crowdsourcing c’est donc l’art de capitaliser, organiser,  susciter…

Trois expériences ont été présentées lors de ce colloque :

  • Strasblr : une plateforme qui centralise les images produites par les internautes et propose une mosaïque artistique de Strasbourg
  • La rentrée à Strasbourg : la vie étudiante présentée à travers les vidéos des étudiants
  • Le projet viensenbretagne.com

Pierre Bergmiller, à travers son intervention nous a éclairé sur sa page strasblr.eu. Il s’agit d’une plateforme qui centralise les images produites par les internautes et propose une mosaïque artistique de Strasbourg. Le but est de sortir des 5C (cigogne, choucroute, cathédrale, coiffe, colombage), faire preuve d’originalité et montrer des photos décalées de Strasbourg. La page est ouverte aux amateurs mais aussi aux professionnels. Une équipe numérique est en lien avec certains photographes. Chaque matin, l’équipe publie une photo : wake-up Strasbourg. Ces photographies sont exploitées dans le cadre de projections dans l’espace public avec l’accord des photographes.

" Un autre regard sur Strasbourg" par strasblr.eu

 » Un autre regard sur Strasbourg » par strasblr.eu

Vient ensuite la présentation du concours étudiants #Westrasbourg qui vise à présenter la vie étudiante dans la ville à travers des vidéos d’étudiants. Ce concours a été organisé dans le cadre de l’opération “Strasbourg aime ses étudiants”. Ces derniers ont été invités à réaliser une courte vidéo de 1 à 2 minutes afin de valoriser la vie étudiante à Strasbourg et ainsi l’université. Le projet s’est inspiré d’un projet similaire qui avait été réalisé à Lyon.

La communication s’est principalement faite à travers les plaquettes de rentrée, les médias sociaux, les communiqués de presse, les contacts ciblés dans l’université. Le concours a aussi fait l’objet de l’élaboration d’un règlement pour faire part des conditions du concours. Il était disponible sur Twitter, les médias sociaux et la plaquette de rentrée.

Les vidéos ont ensuite été déposées sur une plateforme de transfert et ouvertes pour un vote public accessible à partir de Facebook.

Il y a cependant eu quelques remarques par rapport à ce projet comme :

  • Des problèmes de droits relatifs aux musiques qui n’étaient pas libres de droit.
  • Le concours aurait pu être mené qu’avec des formations ciblées (ex : audiovisuel)
  • La rentrée n’est peut être pas le meilleur moment pour l’organiser, le printemps semble mieux se prêter à l’opération

Enfin, Vincent Aubrée et Nolween Kieffer témoignent sur l’opération viensenbretagne.com. Pour eux, l’idée de ce projet est d’offrir un nouveau départ pour le tourisme breton, de faire de la Bretagne une destination d’exception à partir de trois axes : séduire, bien recevoir, enchanter les visiteurs. Le but était également de rendre les communes participatives et de montrer que la Bretagne est composée de métropoles fortes. Les Bretons doivent se filmer pour raconter ce qu’ils aiment en Bretagne et inviter le visiteur le temps d’un séjour. Pour cela il faut donc jouer sur le ton, le style de communication, l’humour…Il y a plusieurs points positifs à cette opération notamment la modernisation de l’image de la région.

« Si t’es fier de ta Bretagne, claque ton selfie » par viensenbretagne.fr

« Si t’es fier de ta Bretagne, claque ton selfie » par viensenbretagne.fr

Les cibles sont les primo-visiteurs, les clients fidèles en Bretagne, les amoureux de la Bretagne du monde entier, les partenaires du tourisme régional et les habitants et les acteurs du territoire.

La campagne d’image se déroule sur trois ans et le but est de passer de 15 à 25% de nouveaux visiteurs.

La démarche est mutualisée puisque les territoires et le domaine privé s’associent au Conseil régional.

Enfin, Les objectifs sont de lever les freins traditionnels liés à la région (météo, ennui…), d’être innovant et créatif, de marquer les esprits, de capitaliser sur les valeurs de la marque Bretagne.

Le constat de cette campagne est la vision fantasmée de celui qui ne connait pas la Bretagne. Par exemple, la plupart des français associe la Bretagne à la pluie. Plusieurs orientations ont été mises en place dont celle de ne pas adopter une stratégie défensive, il faut accepter les critiques et les retourner pour en faire un avantage.

Pour ce projet, différents dispositifs ont été mis en place:

Dispositif local (puissance, proximité, affinité)

  • Médias : presse régionale, affichage, web
  • Hors média : exemplaire diffusés dans les offices de tourisme, restaurants

Dispositif web (viralité, affinité, mobilité)

  • Facebook/Twitter (posts sponsorisés)
  • Campagne mobile – YUME (bannières vidéo)
  • Campagne e-buzzing (bannières vidéo)
  • Youtube (campagne pré-roll)

Marine Burger, Mélanie Wullens

Étudiantes de la licence professionnelle CP&ON 2014-15