Les enjeux du tourisme de mémoire pour le département de la Meuse

Les enjeux du tourisme de mémoire pour le département de la Meuse
La nécropole nationale et l'ossuaire de Douaumont, le site de mémoire le plus visité en Meuse © Hadrien Franceschini

Aujourd’hui, pour la collectivité territoriale du département de la Meuse, le tourisme de mémoire est un facteur d’attractivité touristique primordiale. Depuis la fin de la Première Guerre Mondiale, l’apparition de cette forme de tourisme présente de nombreux enjeux pour le territoire.

Du pèlerinage au tourisme de mémoire

Depuis la fin du XIXe siècle, le département de la Meuse a été le théâtre de trois guerres franco-allemandes qui ont laissées de lourdes traces sur le territoire. En particulier, la Première Guerre Mondiale de 1914-1918. Ce douloureux événement est toujours très présent dans la mémoire familiale des Meusiens et constitue ainsi un symbole fort d’identité au territoire. Le paysage meusien en porte encore les stigmates à travers la présence fantomatique de nombreux trous d’obus, forts militaires, nécropoles, qui témoignent d’une guerre dévastatrice sur le plan humain et environnemental.

Dès 1917, vers la fin de la guerre, les familles des soldats sont venues de toute la France en pèlerinage sur les lieux des combats pour honorer leur défunt. Au fil des années, ces vestiges sont devenus des lieux d’histoire et de mémoire auprès des nouvelles générations qui génèrent un tourisme de mémoire très important.

Depuis 2014 et jusqu’en 2018, le département de la Meuse est entré dans un contexte de commémoration du centenaire de la guerre 14-18.  Organisé par le groupement d’intérêt public Mission Centenaire, le point culminant de cet événement fut la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun, le 29 Mai 2016, avec la venu du président français et de la chancelière allemande, ainsi que de la réouverture du mémorial de Verdun. Celui-ci a engagé auprès de la collectivité une vaste campagne de communication, notamment en vue de l’organisation de l’affluence touristique. Voir le projet : Meuse Grande Guerre.

Un tourisme source de développement économique pour le territoire

En effet, le tourisme de mémoire est la première motivation de visite de la destination « Meuse », notamment autour des sites de Verdun. En 2016, ils étaient plus d’un million à venir les visiter. Ce flux de touristes a un impact positif sur l’économie locale :

  • Hausse des nuitées auprès des différentes offres d’hébergement : hôtels, campings, gîtes, chambres d’hôtes.
  • Hausse de la consommation auprès des commerces : restaurants, bar, magasins, etc.
  • Sur l’emploi touristique : à son plus haut en juillet et en août, il représente 1 450 emplois, mois durant lesquels le secteur des cafés-restaurants double quasiment ses effectifs par rapport à sa moyenne de l’année, alors qu’il enregistre un creux à moins de 850 emplois en janvier-février.
Quelle stratégie pour conserver les touristes ?

A la fin de cette période de commémoration nationale, tout le défi pour le département de la Meuse est de savoir s’il réussira à pérenniser et développer son attractivité touristique, si importante pour son développement économique.

Maxime Pisano, intervenant en LP CP&ON était chef de projet de communication pour le centenaire de la Première Guerre Mondiale au Département La meuse entre 2013 et 2016. Celui-ci décrit les objectifs de la collectivité par la volonté « d’utilisé le tourisme mémoriel comme levier de développement économique pour un département qui en a beaucoup besoin. Mon but était de développer toute une communication autour du centenaire pour faire de la Meuse une destination touristique. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui et très compliqué à mettre en place car la Meuse n’est pas une destination favorite pour les départs en vacances. C’est pour cela qu’on a adossé le tourisme mémoriel au tourisme vert dans le but de les faire rester le plus longtemps possible sur le territoire. »

La stratégie principale est donc de développer les offres touristiques sur le territoire grâce au tourisme vert afin de prolonger le séjour des visiteurs. Cela permet également d’associer au tourisme de mémoire des activités de plein air comme le vélo, la randonnée, la pêche ou encore le canoë et d’attirer ainsi les nouvelles générations sur une destination Meuse.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le site Meuse Tourisme.com

Hadrien Franceschini


Sources: