Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année sont pour les villes du Grand Est des événements majeurs. Au-delà de la volonté de fêter Saint-Nicolas et Noël, ces fêtes sont de véritables enjeux marketing pour les différentes villes de la région.

Rappelons que le marketing territorial est une démarche de valorisation qui met en avant les qualités d’un territoire et l’efficacité de ses services. C’est aussi une ambition de promotion afin d’accroître l’attractivité du territoire. Le marketing territorial se fonde sur un ensemble de représentations et de valeurs qui constituent un territoire. Ainsi le territoire se vend comme un produit de consommation.

Les fêtes de fin d’année sont de véritables enjeux de marketing territorial pour les différentes villes du Grand Est qui mettent en avant à la fois un savoir-faire et l’identité d’un territoire. Les différentes villes sont en concurrence pour attirer les touristes à leurs événements.

Nancy et la Saint-Nicolas : 

Saint-Nicolas est une marque déposée par les communes de Nancy et de Saint-Nicolas-de-Port auprès de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle. L’objectif est, d’après Luc Bessinger, maire de Saint-Nicolas-de-Port un moyen de « protéger, les communes, les offices du tourisme ou bien encore les associations, qui aux autres coins du Grand Est, fêtent la Saint-Nicolas ».

L’argument de Nancy, d’être la ville de Saint Nicolas, représente des enjeux de marketing territoriale et touristique. En effet, la ville fait concurrence à ses voisines du Grand Est dont la ville de Metz qui, elle, concentre, sa stratégie autour du marché de Noël. L’objectif pour Nancy est de pouvoir être classé au patrimoine immatériel de l’UNESCO avec cette fête traditionnelle.

Pour la commune de Saint-Nicolas-de-Port c’est une occasion de se faire connaître. Cette commune de 8.000 habitants accueille environ 30.000 visiteurs lors du week-end de Saint-Nicolas, d’après son maire.

Strasbourg, capitale de Noël :

L’eurométropole est la ville de Noël et de ses traditions. Cependant, la ville tente d’attirer de nouveaux touristes en mêlant fêtes traditionnelles et événements culturels. Cette année, la façade d’un immeuble, s’est transformée en calendrier de l’avant, qui fait découvrir, aux habitants et touristes, des œuvres de Street Art. Les organisateurs ont également créé un événement culturel : « Noël Off » qui propose différents événements culturels comme le « Brunch Jazz de Noël ». Le musée d’art moderne et contemporain propose, également, une manifestation pluridisciplinaire « laboratoire d’Europe, Strasbourg 1180-1930 ».

Les outils de communication choisis :

Les différentes villes utilisent des moyens classiques de communication pour promouvoir ces événements de fin d’année. Les affiches changent chaque année. Elles sont présentées dans la presse locale, dans les villes organisatrices ainsi que dans les villes voisines. Nancy a présenté ses affiches pour la Saint-Nicolas à Metz qui est une ville concurrente.
La ville de Nancy a opéré un changement de stratégie dans ses affiches en faisant appel à un artiste pour représenter l’histoire de Saint-Nicolas.

Les communes ont également choisi de communiquer grâce aux outils numériques. Certaines ont choisi les mini-sites événementiels. Ces derniers permettent de présenter l’événement en s’appuyant sur des images et un design attractifs qui mettent en avant la ville et les éditions précédentes de l’événement. Ce moyen de communication fonctionne comme une véritable vitrine pour les villes.