Le SEO, une préoccupation au quotidien

Le SEO, une préoccupation au quotidien
Les étudiants de l'Iut Charlemagne à Nancy, ont participé à la journée SEO CampDay Lorraine, à Metz.

Vendredi 24 novembre à Metz, l’Association SEO CAMP a organisé le SEO CAMPDay Lorraine. Une centaine de visiteurs ont participé à cet évènement, dont les étudiants de la LP CP&ON, du DUT MMI et de la LP ACORS. Une journée qui a permis de mieux comprendre le SEO, c’est-à-dire l’intérêt de bien référencer un site Web, et également de faire le lien avec les cours d’écriture multimédia ou bien encore publication du Web ou CMS.

Le SEO CAMP est une association, présidée par Véronique DUONG. Elle a pour mission la création d’événements autour du référencement naturel. « Nous représentons la profession auprès des institutions, organisons les certifications QASEO (Qualification d’Aptitude au SEO) et CESEO (certification expert SEO) destinées à faire reconnaître les compétences des professionnels du SEO. Nous encadrons également des ateliers SEO, et favorisons des rencontres autour de Jobdating ».

Booster les pages Web

SEO est l’acronyme de Search Engine Optimization, en français Optimisation pour moteurs de recherche. Il désigne les techniques mises en place pour améliorer la position d’un site ou d’une page Web, lors d’une requête sur un moteur de recherche.  A l’occasion de cette journée SEO CAMPDay Lorraine, pas moins de huit professionnels du SEO sont intervenus et ont fait part de leurs expériences et connaissances autour du SEO. A commencer par Adrien RUSSO, plus jeune conférencier et référenceur SEO de France à l’âge de 16 ans. Tombé dans l’informatique lorsqu’il était petit,  il a aujourd’hui 17 ans. Cocon sémantique, méta-mots, Serp, structure, maillage… font partie des maîtres-mots d’un bon référencement. Pour y parvenir Adrien RUSSO a présenté différents outils comme Ubersuggest, Keword Tool, Seoquantum… et souligné l’importance de structurer les contenus de pages. « Aujourd’hui il faut créer des contenus adaptés aux intensions de recherche, et enrichis sémantiquement. Mais il faut aussi envoyer du jus… de liens ».

Erle ALBERTON s’intéresse plus particulièrement à la manière dont les moteurs de recherche parcourent les pages web. On parle de crawl d’un site. Comment optimiser ce crawl ? « Est-ce utile de dépenser autant de budget crawl pour une page pdf qui ne change jamais, plutôt que préférer une page qui change souvent ? Il est important de créer un maximum de raccourcis pour aller vers vos pages. Il faut vérifier que les visites SEO arrivent sur les pages importantes, elles-mêmes classées par importance. Enfin, dépasser le seuil de 200 mots sur une page déclenche la fréquence de crawl de Google. Et rappelons que plus une page est crawlée, plus elle est à jour dans l’index ».

Le Web à pleine vitesse

Qu’en est-il de l’avis des clients et de la e-réputation ? Brahim BEN HELAL travaille sur la confiance établie entre consommateurs et entreprises du Web. Il a démarré son propos en annonçant : « 90 % des consommateurs disent que leur décision d’achat est influencée par les avis mis en ligne ». Il a donc conseillé de mettre en avant les avis, en les intégrant dans le header, le footer et également le panier du site. Quant aux avis négatifs il préconise de répondre rapidement, de remercier le client, d’expliquer les raisons du problème et de proposer une solution concrète publiquement.

Pour Olivier ANDRIEU, le SEO c’est s’adapter à Google. Par conséquent, il faut rapidement prendre en compte l’index « Mobile First ». Celui-ci permet à Google de regarder davantage les versions mobiles des sites Web. Actuellement 53 % du trafic sur le Web mondial s’opère au travers des mobiles. L’intervenant en a donc déduit que le mobile supplante clairement le Desktop. Google se prépare également à la recherche vocale. « En effet, Google ne veut pas seulement être un moteur de recherche, il veut aussi être un moteur de réponse. Et aujourd’hui le moteur de réponse de Google c’est Google Home. Il lit dans le featured snippet ». Le consultant a alerté sur le fonctionnement suivant : une question = une réponse. « La réponse n’est pas unique, elle nécessite de regrouper des informations et de vérifier ses sources. Google devient un moteur de vérité ! Il y a danger ! » Dans ce  contexte, le SEO doit s’adapter chaque jour, car celui-ci sert à donner une bonne visibilité à un contenu de qualité.

Alexandre THURIOT a poursuivi la présentation d’outils mis en place par Google, en l’occurrence Google AMP. Toujours dans un souci de se tourner davantage vers les mobiles, cet outil permet d’accélérer la vitesse de chargement des pages. Sur les 50 sites médias qui font le plus d’audience, 25 ont adopté AMP. « C’est une belle mise en avant lorsque la page se charge en moins d’une seconde ».

Compréhension et crédibilité

Mais l’histoire du référencement ne s’arrête pas là. Jason BARNARD a précisé certaines règles du SEO et abordé l’autorité Domaine et l’autorité Marque. Respectivement, la première se base sur les liens, les avis, le jus qui se transfère d’une page à l’autre, tandis que la seconde s’appuie sur la compréhension et la crédibilité. « Si Google a compris qui vous êtes, vous n’avez plus besoin de liens, mais davantage de crédibilité. Pour cela, il est important d’afficher des informations exactes, cohérentes, complètes, nombreuses, structurées, confirmées plusieurs fois, et avoir des sources fiables ».

Toujours dans un souci de booster la lisibilité, Nicolas CREANICO, dernier intervenant de la journée, a rappelé les objectifs et le poids des liens sur un site Web. « Sans lien, il n’y a pas de positionnement. Les liens offrent plus de visibilité et de trafic, et permettent de gagner la confiance de Google. Les liens doivent diriger vers des sites qualitatifs ». Deux outils permettent d’augmenter les liens : Linkbaiting (appâter les liens, sondage …) et Linkbuilding (carnets de contacts, annuaires …). L’intervenant a rendu la parole en citant Paul Sanches, consultant en référencement : « Donner de l’amour à vos sites ».