Table Ronde : Le métier de communicant dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche

Table Ronde : Le métier de communicant dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche

Le métier de communicant dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche

Cette fonction souvent méconnue du métier était au cœur du débat pour la dernière conférence organisée par la LP CPON.

Dans l’optique de rendre le dialogue plus facile, c’est sous forme de table ronde que s’est déroulé l’événement. Au programme : l’intervention de trois professionnels de la communication en poste dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. C’est donc avec le plus grand intérêt que les étudiants de la licence ainsi que de l’IUT Charlemagne ont accueilli :

  • Caroline Barjon, responsable de la communication à l’institut Jean Lamour
  • Michel Champenois, chargé de communication du CRPG – OTELO
  • Marie L’Etang, responsable du service Communication & Culture à L’ESPE de Lorraine.

En exposant leurs parcours respectifs et leurs missions quotidiennes, ces trois professionnels nous ont permis d’en apprendre davantage sur leur métier.

Mais alors, en quoi consiste donc la fonction de communicant dans un tel établissement public ?

Ces dernières années, un constat important fut amené, les chercheurs ne voyant pas l’intérêt de la communication, le domaine scientifique ne communiquait que très peu voire pas du tout, surtout envers le grand public.

Ce manque s’est très vite fait ressentir et des postes de communicant ont été créées dans les laboratoires d’enseignement supérieur et de recherche afin de palier à ce besoin. C’est ainsi que la communication dans le domaine scientifique s’est développée, travaillant principalement sur 2 aspects.

  • 1ère mission : communiquer en externe

Dans un premier temps, le rôle du communicant est de vulgariser les informations scientifiques afin de les rendre accessibles à tous. A partir de là, sa mission est de communiquer sur les résultats des chercheurs, les prix remportés, les collaborations importantes et prestigieuses du laboratoire… Le but de cette communication externe est de promouvoir le laboratoire auprès du grand public mais aussi et surtout auprès des élus, de la ville, du Département, de la Région, de l’Etat et même au niveau Européen, dans l’intention de décrocher de nouveaux budgets.

Pour nos trois intervenants, la communication externe passe principalement par des relations presse, aussi bien auprès de journalistes scientifiques que de journalistes plutôt orientés grand public. De ce travail de relations presse découle également une revue de presse, indispensable afin de promouvoir le laboratoire et toutes les parutions s’y rapportant. En plus de la recherche et l’innovation, la communication externe a également pour volonté de recruter de nouveaux étudiants, en montrant l’équipement qui pourrait être à la disposition des nouveaux arrivants ainsi que les travaux engagés.

  • 2ème mission : communiquer en interne

Outre le fait de communiquer sur les résultats, le rôle du communicant dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche est également de créer du lien en interne.

Taille du laboratoire, nombre de chercheurs, domaines scientifiques opposés ou encore lieu de travail différents, de nombreuses raisons font qu’aujourd’hui au sein d’un même laboratoire de recherche, les scientifiques ne se connaissent que très peu. Le communicant travaille donc à rassembler l’ensemble de l’équipe, en exposant les travaux de chacun, permettant de mieux se connaitre, ou en organisant des événements internes, permettant de casser les barrières entre les différents services. « Journée d’accueil des nouveaux arrivants, vœux, barbecue, tournois de sport ou encore petit hebdomadaire interne », la mission du communicant est de faire circuler l’information mais aussi de ramener de la convivialité, une identité commune et un sentiment d’appartenance. Il crée du lien aussi bien entre les services qu’entre les générations.

  • Parlons budget

De manière générale, le budget de communication est souvent réévalué selon la situation économique. Les établissements d’enseignement supérieur et de recherche ne font pas exception à la règle. Bien que le budget de chaque institution soit différent et géré de façon différente. En effet, pour certains établissements, le budget communication est défini en début d’année, pouvant varier entre 0 et plusieurs milliers d’euros. Pour d’autres institutions, le budget communication n’est pas prédéfini, mais chaque action de communication découle d’une discussion sur l’utilité de cette dernière.

De manière générale, et outre les événements internes ou les congrès, la communication dans le domaine scientifique se tourne davantage vers des actions gratuites (relations presses, web, réseaux sociaux) ou alors vers le mécénat ou le fundraising.

  • Et l’environnement du métier ?

En tant que communicant dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche, la communication se fait au nom du laboratoire et non au nom du CNRS ou de l’Université, bien qu’ils soient sous leur tutelle. Malgré cela, une concertation est néanmoins obligatoire avant toute communication. Ce processus de validation peut être un frein en termes de temps, mais cette tutelle est aussi une énorme richesse en termes de réseau et de moyens.

De plus, le domaine de la recherche scientifique est un milieu intellectuellement très riche demandant une grande curiosité. Autres qualités demandées : une bonne culture générale, une envie de créer du lien et un intérêt pour les travaux des autres, une bonne expression écrite et surtout une grande polyvalence technique.

Pour conclure, la communication dans un établissement scientifique c’est créer du lien, promouvoir son établissement et surtout en apprendre tous les jours sur des sujets aussi intéressants que variés dû à un environnement en constante évolution.

 

 

 

Lisa Dahlmann