La licence pro pour les nuls

La licence pro pour les nuls

En 2017, la licence professionnelle communication publique et outils numériques accueille 25 étudiants dont 14 femmes et 11 hommes. Elle est disponible en formation continue et initiale, ainsi qu’en alternance depuis cette année sous forme de contrat de professionnalisation.
Rappelons que la licence professionnelle est destinée à l’insertion professionnelle. De ce fait, elle conduit ses étudiants à réaliser un stage de 15 semaines d’immersion dans un établissement public.

Cette formation mêle l’apprentissage des outils numériques (création de sites web, PAO, graphisme, vidéo…) et de la communication publique (connaissance des territoires, marketing territorial, stratégie de communication…).

Pourquoi choisir la LP CPON ?

  • Unique dans la région Grand Est
  • Spécialisée en outils numériques
  • Conduit à l’insertion professionnelle
  • Favorable à la vie étudiante

Cette année, le stage aura lieu du 12 mars au 23 juin 2018. De plus, les portes ouvertes de l’IUT Nancy-Charlemagne se dérouleront le 17 février 2018, de 9h à 17h. C’est une occasion de se renseigner sur la formation et la possibilité de nous rencontrer.

Informations supplémentaires

La vie active, c’est maintenant

Par lpcpon

Comme chaque année, mi-mars est la période où les étudiants en Licence Professionnelle Communication publique et Outils numériques débutent leur stage. En effet, pour terminer et valider leur année, les étudiants de la LP CPON sont amenés à effectuer un stage d’application, d’une durée de 15 semaines dans le secteur public.

Durant leur stage, les étudiants sont suivis par leur enseignant référent, généralement choisi en fonction du domaine de compétences auquel se rapporte la mission principale. L’enseignant choisit les méthodes de suivi : courriel, téléphone ou encore visite selon la localisation.

Nuage de mot : Stage

Nuage de mot : Stage

Les enjeux du stage

Le stage permet aux étudiants d’appliquer et de concrétiser ce qu’ils ont appris durant les cours théoriques, mais pas seulement. Il répond également à des enjeux pédagogiques, professionnels et communicationnels :

Enjeu pédagogique : bien que l’expérience de l’immersion en entreprise ne soit pas forcément nouvelle, c’est souvent la première fois que l’étudiant travaille dans le domaine qui l’intéresse. Cette période de formation en entreprise permet de suivre un ou plusieurs projets du début à la fin avec plus ou moins de responsabilités. Le stage est un excellent moyen de faire un bilan personnel et professionnel, il permet de déceler ses atouts, ses motivations, de se constituer un portefeuille d’expériences et de compétences.

Enjeu professionnel : à travers le mémoire, l’étudiant montre sa capacité à se questionner sur ce qu’il a appris pendant le stage, les éléments qui l’ont surpris… Les stages permettent aux étudiants de découvrir le marché du travail, sa définition et ses spécificités en fonction de l’organisme choisi, ce qui permet la mise en adéquation du projet professionnel de l’élève avec la réalité du marché du travail. Il définit ainsi son projet professionnel au plus proche de la réalité du poste visé. Le stage peut constituer une immersion professionnelle totale, puisque dans certains cas, le stagiaire assume la responsabilité d’un poste de travail et doit en tirer des enseignements et l’acquisition de compétences .

Enjeux communicationnel: le stage est un excellent moyen de tester ses capacités en matière de communication, sa capacité à s’immerger dans le monde professionnel. Le mémoire et sa soutenance sont également de bons moyens de faire ses preuves et de renvoyer une image positive de soi.

Illustration bureau d'un stagiaire

Illustration bureau d’un stagiaire

Pourquoi l’entreprise recrute-t-elle des stagiaires ?

Les organismes sont souvent en recherche de stagiaires qui leur permettront de mener à bien des missions spécifiques ou de leur apporter un renfort ponctuel dans une équipe. Les entreprises peuvent également repérer des talents pour une pré-embauche, il peut s’agir d’un « test » avant d’employer officiellement un nouvel élément.

La recherche de stage

Pour rechercher un stage, chacun s’y prend comme il le souhaite. Certains préfèrent utiliser les méthodes dites traditionnelles en envoyant leur CV accompagné d’une lettre de motivation à l’organisme de leur choix ou se déplacent pour remettre ces documents en mains propres, tandis que d’autres choisissent de les envoyer par e-mail ou via les réseau sociaux professionnels destinés à l’emploi tels que Linkedin ou Viadeo. Peu importe le support choisi, le CV doit mettre en valeur les atouts de l’étudiant en fonction du post visé. Celui-ci peut trouver une structure d’accueil par ses propres moyens ou grâce aux offres de stages diffusées par le responsable de la licence.

Chaque année les stages de la licences sont très variés, mais les missions principales sont toujours axées autour de la communication, les employeurs sont principalement : les hôpitaux, les communautés de communes, les offices de tourisme, les mairies, les associations, les conseils régionaux, les conseils départementaux, ou encore les universités…

Mélissa Abdesselam

L’utilisation des réseaux sociaux en communication publique

L’utilisation des réseaux sociaux en communication publique

Facebook, Twitter, Snapchat, LinkedIn… L’utilisation du web 2.0 s’est largement répandue du fait de l’appropriation massive par les usagers. 

Les réseaux sociaux se développent de plus en plus, et deviennent de véritables outils de communication et de publicité gratuite pour les collectivités. Celles-ci ont donc l’opportunité de communiquer auprès d’une grande partie de ses cibles, puisque chaque réseaux permet de fédérer sa propre communauté. L’utilisation d’un média social varie l’un à l’autre, et par conséquent, en avoir plusieurs permet d’atteindre un public plus large et surtout des tranches d’âge différentes.

Les réseaux sociaux, une nécessité pour les organismes publics.

Aujourd’hui, une campagne de communication d’un service public ne peut se faire sans une présence on line. Les médias sociaux mais également les sites internet sont en phase avec les moeurs actuelles et le web 2.0. De plus, ces réseaux permettent de générer du trafic sur le site web, tout comme celui-ci permet de faire des liens vers les réseaux sociaux des acteurs publics. Puisque les pages des réseaux se recommandent entre elles, le marketing viral entre en jeu et un public plus large est alors touché. La visibilité est renforcée et la communication publique est assurée auprès des citoyens.

Quelles cibles ?

Les cibles à atteindre par les institutions et les collectivités dans le cadre de la communication publique sont les citoyens d’un territoire. Puisque ces citoyens sont toujours en demande d’informations et de renseignements, les réseaux sociaux peuvent leur procurer toutes les informations dont ils ont besoin. Aussi, c’est un gain de temps pour les citoyens qui n’ont plus besoin de se déplacer et peuvent tout faire en ligne, avec la certification d’une réponse rapide et personnalisée en privé sur les réseaux sociaux.
C’est alors un véritable lien qui se créée entre le citoyens et l’acteur public. Un lien de proximité et de confiance, qui va permettre non pas de fidéliser le citoyen mais de le faire adhérer aux différentes actions de communication publique des acteurs.

L‘image perçue des organisations est améliorée, et se rapproche de l’image voulue qu’ils souhaitent véhiculer à travers leurs actions de communication. La qualité de leurs services est elle aussi mise en avant.
Si chaque réseau social est correctement géré par le service public, sa notoriété sera plus forte et un lien de confiance s’installera avec ses cibles de communication.

 

 

 

Marine SCHIDLER 

 

Concepteur-réalisateur de produit multimédia

Par lpcpon
Concepteur-réalisateur de produit multimédia
Le concepteur-réalisateur de produit multimédias est un spécialiste de l’interactivité. Ses créations mêlent sons, textes et images. Son travail se fait en collaboration avec les graphistes, des auteurs, des développeurs et des web-designers. Il définit des concepts créatifs et peut avoir la charge de diriger l’un d’entre eux.

Le Comité Régional de Tourisme

Les Comités Régionaux de Tourisme (CRT) ont été institués en 1942. Créés pour étudier, produire des observatoires, organiser le tourisme et la promotion de leur région au niveau national et international, la plupart des CRT ont le statut d’association Loi 1901, comme le Comité Régional de Tourisme de Lorraine.

 

abbaye-copie

Le Comité Régional de Tourisme de Lorraine (CRT Lorraine) a pour finalité de faire connaître et faire aimer sa région. Tout d’abord, grâce à son site web, esthétique et fonctionnel ; à l’image de sa région, on bénéficie d’un accueil personnalisé.

On découvre ainsi facilement la grande diversité des atouts touristiques de la région : les deux grandes métropoles Lorraines, Nancy et Metz, leur patrimoine architectural labellisé UNESCO et culturel, avec par exemple la traditionnelle fête de la St Nicolas aux trois frontières de la région (Belgique, Allemagne, Luxembourg).

Le site Internet explore également la grande richesse du patrimoine naturel de la Lorraine, avec en point d’orgue, le massif des Vosges, favorable aux sports de glisse et aux randonnées…

Le Comité Régional de Tourisme de la Lorraine et son site web représentent aussi une référence pour les visiteurs aspirant à vivre et partager des moments lorrains, grâce à son répertoire de bonnes adresses locales en matière de gastronomie, d’animations, et d’hébergements. « Lorraine Tourisme » présente une gamme d’offres diversifiée à travers le tourisme rural, montagnard, urbain ou encore d’affaires et vise aussi bien un public amateur d’histoire, d’art que d’activités sportives.

« Qui s’y frotte, s’y pique », scande la devise lorraine. Le CRT ne saurait mieux la contredire et invite les visiteurs, touristes et citoyens locaux à découvrir ou redécouvrir la région et sa douceur de vivre…

 

Conférence : « La place de la communication dans l’entreprise : le rôle stratégique du communicant »

Conférence : « La place de la communication dans l’entreprise : le rôle stratégique du communicant »

Organisée par six élèves de notre Licence, cette conférence s’est déroulée le mercredi 2 décembre 2015 à l’IUT Nancy-Charlemagne. Pierre Bresson, directeur de communication chez ENGIE, a réalisé un historique de la communication avant de laisser la parole à quatre anciennes étudiantes venues nous présenter leur parcours.

COP 21 – Comment réduire l’empreinte carbone du numérique ?

COP 21 – Comment réduire l’empreinte carbone du numérique ?

En 2009, Alex Wissner-Gross (physicien de l’université de Harvard) a démontré que deux requêtes dans Google sont équivalentes à l’énergie nécessaire pour faire bouillir l’eau d’une bouilloire… Actuellement, 3,3 milliards de requêtes sont effectuées chaque jour. A l’occasion de la COP21, la LP CP&ON a souhaité revenir sur l’empreinte carbone du numérique.

Web Designer

Par lpcpon
Le Web designer a des fonctions de directeur artistique, d’infographiste et d’intégrateur web. Il conçoit le design graphique d’un site internet, c’est-à-dire sa charte graphique. Il allie savoir-faire technique ainsi que compétences créatives et a pour objectif de séduire les futurs utilisateurs du site. Il n’est pas un simple exécutant, il a une vision d’ensemble du produit final. Il peut travailler dans une agence web, dans un studio de création multimédia, dans une maison d’édition en ligne.
Ses missions
  • Il conçoit et réalise les pages d’un site web
  • Il conçoit les éléments graphiques (illustrations, bannières, animation) en fonction des désirs du client et du public visé, des impératifs du marketing et des contraintes techniques
  • Il définit le cahier des charges du produit : ergonomie, mode de navigation, arborescence, scénarisation, identité visuelle et sonore
  • Il s’occupe du design des interfaces dédiées au e-commerce et au e-marketing
  • Il conçoit des maquettes et retouche des pages internet
  • Il supervise directement le travail des graphistes, des infographistes et des intégrateurs web
  • Il doit souvent arbitrer entre les aspects artistique et fonctionnel selon des contraintes techniques
Ses qualités
  • Véritable sens du graphisme et compétences artistiques
  • Maîtrise du dessin (sur papier et à la palette graphique)
  • Maîtrise différents logiciels graphiques (Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver)
  • Notions dans le maniement d’outils d’intégration (XML, JavaScript)
  • Polyvalent
  • Novateur et curieux
  • Méthodique et organisé
  • Travaille en équipe et souvent sous pression