Séance du conseil métropolitain à la Métropole Grand Nancy

Vendredi 21 septembre, nous sommes allés assister à une séance du Conseil Métropolitain de la Métropole du Grand Nancy.

L’occasion pour nous de découvrir comment fonctionne cette structure qui prend les décisions concernant la ville de Nancy et les communes environnantes.

La Métropole du Grand Nancy et le Conseil Métropolitain

Depuis le 1er juillet 2016, la Communauté Urbaine de Nancy est devenue la Métropole du Grand Nancy et les décisions la concernant sont prises lors de ce Conseil.

Il réunit tous les mois 76 membres représentant les 20 communes composant la métropole. Pour chaque commune, le nombre de représentants varie en fonction de l’importance de la population communale.

Grand Nancy

Nous avons pris place dans la partie réservée au public de la salle du Conseil, car ces séances sont publiques et les citoyens peuvent y assister, à condition de rester discrets et de ne pas intervenir. L’ordre du jour des séances et le contenu des délibérations sont accessibles sur le site de la Métropole. Les projets sont préalablement étudiés par le Bureau Métropolitain pour être votés en séance.

La salle du Conseil est organisée en 2 parties : les représentant(e)s des communes sont installés d’un côté, et les élus, vice-présidents et conseillers délégués de la Métropole leur font face. La séance a commencé avec l’énumération des élus ne pouvant pas être présents ayant donné pouvoir pour être représentés.

Le président de la Métropole, André Rossinot,  a ensuite débuté le Conseil en évoquant longuement le projet métropolitain.

En quoi consiste le projet Métropolitain ?

Ce projet a pour but de donner les grandes lignes du développement de la Métropole pour les années à venir, avec une vision jusqu’à 2030.

Afin de mieux comprendre les échanges qui allaient se dérouler lors de ce Conseil, nous avions lu ce projet métropolitain. En plus d’établir la transition avec l’ancienne Communauté Urbaine, il établit qu’en devenant une Métropole, Nancy et sa région entrent dans une nouvelle dimension.

Les objectifs du projet sont répartis selon 4 thématiques : l’audace, le bien-être, les liens et la cohésion des acteurs publics. La lecture de ce document est une photographie de la métropole, des difficultés qu’elle rencontre et de ce que la majorité des élus du conseil identifie comme des atouts pour son développement. On y retrouve donc les thématiques qui « agitent » la vie à Nancy et aux alentours.

Dans les points négatifs identifiés à la lecture du projet :

  • une démographie et des emplois en baisse
  • une économie largement financée par des fonds publics
  • des difficultés liées aux transports freinant le développement économique (ligne de tram à renouveler, saturation de l’A31, ligne directe de TGV jusqu’à Lyon menacée)

Parmi les points positifs :

  • une large population étudiante (notamment des ingénieurs), même si elle ne reste pas forcément dans la région pour travailler ensuite.
  • la présence de laboratoires de recherche de pointe, notamment dans le domaine des matériaux

Les projets actuellement soutenus portent sur :

  • le développement de la SEM (Société d’Économie Mixte) Henri Poincaré, pôle scientifique
  • le développement de la marque Nancy et du tourisme, notamment dans les Vosges
  • la transformation de la piscine Nancy-Thermal en un centre de cure thermale, un sujet qui fait couler beaucoup…d’encre

Comment se déroule le Conseil ?

Toutes ces thématiques ont été largement mentionnées dans les interventions qui ont occupé le début du Conseil, avec différentes argumentations selon le bord politique des élus qui s’exprimaient. L’ensemble du projet métropolitain a cependant été adopté lors du vote, malgré l’abstention de 9 représentants de l’opposition, dont Hervé Féron, Maire de Tomblaine. Il n’y a pas eu de vote contre.

Les sujets constituants le reste de l’ordre du jour étaient nombreux. Certains étaient soumis au vote et d’autres non.  Parmi ceux ayant plus particulièrement attiré notre attention, le rapport annuel 2017 des services exploités en régie pour la Culture Scientifique et Technique.

Derrière ce terme se cachent tout simplement le Jardin botanique, le Museum Aquarium et le Musée de l’histoire du Fer. Pour chacun d’entre eux, les résultats de 2017 se sont révélés très positifs :

Des chiffres qui donnent envie d’en savoir plus, et pourquoi pas, de pousser leur porte pour un futur stage ?

Nos impressions

Notre visite au Conseil de la Métropole s’est conclue sur une impression d’avoir découvert les rouages de la politique, avec des codes que nous ne maîtrisons pas forcément. Mais en étant bien informés au préalable, nous avons pu suivre les discussions car elles ont porté sur des thèmes qui finalement font partie de notre quotidien.

Pour en savoir plus :

 

Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année, enjeux et stratégies des villes du Grand Est

Les fêtes de fin d’année sont pour les villes du Grand Est des événements majeurs. Au-delà de la volonté de fêter Saint-Nicolas et Noël, ces fêtes sont de véritables enjeux marketing pour les différentes villes de la région.

Rappelons que le marketing territorial est une démarche de valorisation qui met en avant les qualités d’un territoire et l’efficacité de ses services. C’est aussi une ambition de promotion afin d’accroître l’attractivité du territoire. Le marketing territorial se fonde sur un ensemble de représentations et de valeurs qui constituent un territoire. Ainsi le territoire se vend comme un produit de consommation.

Zoom sur : Le CROUS de Lorraine

Zoom sur : Le CROUS de Lorraine

Un organisme au service des étudiants

Les Centres Régionaux des Œuvres Universitaires et Scolaires, connus plus simplement par le sigle CROUS sont un des moteurs de la vie étudiante.

Depuis leur création en 1955, ils ont pour vocation d’aider les étudiants. Une aide qui se traduit de bien des manières, notamment à travers les trois pôles les plus connus de tous : l’aide sociale, les logements étudiants et la restauration universitaire.

Le Comité Régional de Tourisme

Les Comités Régionaux de Tourisme (CRT) ont été institués en 1942. Créés pour étudier, produire des observatoires, organiser le tourisme et la promotion de leur région au niveau national et international, la plupart des CRT ont le statut d’association Loi 1901, comme le Comité Régional de Tourisme de Lorraine.

 

abbaye-copie

Le Comité Régional de Tourisme de Lorraine (CRT Lorraine) a pour finalité de faire connaître et faire aimer sa région. Tout d’abord, grâce à son site web, esthétique et fonctionnel ; à l’image de sa région, on bénéficie d’un accueil personnalisé.

On découvre ainsi facilement la grande diversité des atouts touristiques de la région : les deux grandes métropoles Lorraines, Nancy et Metz, leur patrimoine architectural labellisé UNESCO et culturel, avec par exemple la traditionnelle fête de la St Nicolas aux trois frontières de la région (Belgique, Allemagne, Luxembourg).

Le site Internet explore également la grande richesse du patrimoine naturel de la Lorraine, avec en point d’orgue, le massif des Vosges, favorable aux sports de glisse et aux randonnées…

Le Comité Régional de Tourisme de la Lorraine et son site web représentent aussi une référence pour les visiteurs aspirant à vivre et partager des moments lorrains, grâce à son répertoire de bonnes adresses locales en matière de gastronomie, d’animations, et d’hébergements. « Lorraine Tourisme » présente une gamme d’offres diversifiée à travers le tourisme rural, montagnard, urbain ou encore d’affaires et vise aussi bien un public amateur d’histoire, d’art que d’activités sportives.

« Qui s’y frotte, s’y pique », scande la devise lorraine. Le CRT ne saurait mieux la contredire et invite les visiteurs, touristes et citoyens locaux à découvrir ou redécouvrir la région et sa douceur de vivre…